L'Agriculteur Charentais 27 novembre 2019 à 09h00 | Par Emmeline Beynet (CA17)

Du fromage, des ruminants et des fourrages

La troisième édition des Biennales des conseillers Fourrages, du 21 au 23 octobre, s’est déroulée à Poisy, commune de Haute-Savoie à proximité d’Annecy, pour découvrir les systèmes d’élevage locaux. Emmeline Beynet, conseillère fourrages et caprins de la Chambre d’agriculture de Charente-Maritime, revient sur ce voyage.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Les chevrettes pâturent avec les chèvres, boucs… …mais aussi avec le Patou pour les protéger de possibles attaques de loup (rappel pour les promeneurs : ne jamais approcher un Patou, sous peine de se faire attaquer).
Les chevrettes pâturent avec les chèvres, boucs… …mais aussi avec le Patou pour les protéger de possibles attaques de loup (rappel pour les promeneurs : ne jamais approcher un Patou, sous peine de se faire attaquer). - © Emmeline Beynet (CA17)

La visite et découverte des systèmes d’élevages de la zone étaient au programme de ces trois jours. Se sont également rajoutées des présentations de projets fourrages réalisés dans toutes les régions de France, et même de pays limitrophes.
Lors des visites et des interventions des professionnels de la zone, nous avons pu découvrir et comprendre le fonctionnement des systèmes d’élevage de Savoie et Haute-Savoie. Beaucoup sont impliqués dans une production avec un signe de qualité IGP ou AOP. Cette zone en compte plusieurs : 5 AOP (Reblochon de Savoie, Abondance, Chevrotin, Beaufort et Tomes des Bauges) et 3 IGP (Emmental de Savoie, Raclette de Savoie et Tomme de Savoie) sur les deux départements. Si ces signes de qualité sont des moyens permettant de mieux valoriser la production, ils exigent également de répondre à autant de cahiers des charges.
Outre les contraintes liées aux cahiers des charges, ce bassin de productions de fromages est également soumis à des contraintes techniques. La montagne et le climat modèlent beaucoup les systèmes fourragers : des pluies régulières toute l’année et une pente parfois impossible à travailler mécaniquement. Ces pluies régulières à hauteur d’une centaine de millimètres par mois expliquent la forte présence de séchage en grange, sans lequel il serait difficile de faire des foins précocement. Certaines parcelles ont une pente suffisante pour qu’un tracteur spécialement adapté puisse faucher et récolter, pour d’autres il faudra se résoudre à ce que ce soit les animaux qui aillent chercher l’herbe. Même si le pâturage n’est pas présent dans tous les élevages, pour ceux qui ont des parcelles de montagne, c’est la réponse à la contrainte naturelle qu’est la pente.
Il faut bien avouer que si la récolte sur les parcelles pentues est une contrainte certaine, pour gérer le parasitisme des chèvres il s’avère être un atout. En effet, les chèvres sont présentes en Haute-Savoie, notamment avec la production de Chevrotin. Le pâturage n’est pour autant pas obligatoire mais permet d’accéder à des parcelles ou alpages. Le pâturage dans cette zone ressemble aux parcours, les retours aux mêmes endroits sont assez rares. De cette manière, le pâturage ne semble pas être un frein pour l’éleveur nous ayant fait visiter son exploitation. Il faut cependant être précautionneux : le froid de l’hiver permet de détruire les parasites d’une année sur l’autre et les chèvres repassent peu aux mêmes endroits. Lorsque les chèvres changent régulièrement de surface pâturable, elles sont stimulées et trient moins. Toutes ces pratiques favorisent le pâturage ; cependant le fait d’être souvent en mouvement consomme plus d’énergie par rapport à un pâturage de plaine. La consommation d’énergie nécessaire au pâturage ne sera pas mise à contribution de la production laitière (650 L/chèvre en moyenne), mais ce n’est pas nécessairement un problème si le lait est bien valorisé.
Il l’est, et pourtant cette zone perd en nombre d’exploitation. Comme beaucoup de départements en France, les exploitations caprines et bovines de ces deux départements souffrent d’un manque d’installations et de reprise des exploitations existantes. La pression foncière est mise en cause, mais est-ce vraiment la seule raison ?

L’éleveur montrant les alpages sur lesquels il emmène ses chèvres à partir de mai, sur le flanc de la montagne, au fond de la photo.
L’éleveur montrant les alpages sur lesquels il emmène ses chèvres à partir de mai, sur le flanc de la montagne, au fond de la photo. - © Emmeline Beynet (CA17)

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Agriculteur Charentais se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Le chiffre de la semaine
10 420
C'est le nombre d'hectares vendus par la Safer en 2018, à l'occasion de 6052 ventes, pour une valeur de 428M€. Le marché du foncier rural a progressé de 12%. Le marché des terres viticoles est particulièrement dynamique.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui