L'Agriculteur Charentais 03 novembre 2020 a 14h00 | Par Philippe Brégowy

De la viticulture à l’hôtellerie

Ancien chef d’entreprise dans les travaux de viticulture, Patrice Rivet s’est reconverti dans l’hébergement touristique.

Abonnez-vous Reagir Imprimer
Patrice Rivet, devant la piscine couverte de « Best ».
Patrice Rivet, devant la piscine couverte de « Best ». - © Philippe Brégowy

À 63 ans, et après avoir dirigé une entreprise spécialisée dans les travaux viticoles à Aumagne, Patrice Rivet ne s’imaginait pas « rester les bras croisés, à ne rien faire ». Avec sa compagne Corinne Pacaud, il s’est lancé dans le grand bain : celui du tourisme. Sans étude de marché, « la fleur au fusil », admet-il, Patrice Rivet a construit un nouveau bâtiment (de 370 m2) et aménagé trois chambres d’hôtes à Port-d’Envaux. « J’ai lancé mon activité à l’automne dernier. La crise sanitaire a évidemment tout chamboulé », raconte le sexagénaire.
Cet été, les touristes ont pourtant été au rendez-vous. « Je ne me plains pas, nos chambres ont affiché complet durant tout le mois d’août », dévoile Patrice Rivet, heureux de montrer son livre d’or au visiteur. Les remarques y sont élogieuses… pour les équipements, les conseils de visite ou encore les prestations proposées. Sourire aux lèvres, le désormais pro du tourisme - alors qu’il n’avait suivi aucune formation dans le domaine - apprécie sa nouvelle orientation professionnelle.

Beneze en Saintonge

Conscient de proposer un hébergement haut de gamme, il a trouvé le nom adapté à son produit : Best (‘‘meilleur’’, dans la langue de Shakespeare). Le Saintongeais a plus d’un tour dans son sac et sa marque est aussi un clin d’oeil à notre coin de France. BEST signifie en effet Beneze en Saintonge Teurtout ! Pendant que Corinne s’occupe de ses vaches laitières, Patrice s’emploie à veiller à la température de sa piscine couverte, son spa, son sauna et son hammam… « Des responsables du département m’ont signalé que j’étais le seul en Charente-Maritime à proposer de tels équipements » poursuit l’hôtelier qui entend bien demeurer indépendant. « Des émissaires de gites de France sont venus et m’ont proposé d’intégrer leur réseau mais les contraintes qu’ils m’imposaient ne me convenaient pas », souligne Patrice Rivet.

Bientôt deux chambres supplémentaires

Ancien sportif de bon niveau (handball et football), il ne compte pas s’arrêter en si bon chemin. « Je souhaite aménager deux chambres supplémentaires, mais la crise sanitaire a freiné mon projet. Je réaliserai ces travaux, mais probablement pas pour l’été prochain », confie Patrice Rivet. Situé en pleine campagne - avec un peu de chance, les visiteurs peuvent apercevoir chevreuils et sangliers -, le gîte Best a atteint son objectif. « On l’a appelé comme ça parce qu’on est les meilleurs », conclut en souriant l’ancien patron. La piscine couverte est aussi accessible à la demi-journée.

 

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions emises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Agriculteur Charentais se reserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et reglements en vigueur, et decline toute responsabilite quant aux opinions emises,

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Voir tous