L'Agriculteur Charentais 23 mars 2020 à 11h00 | Par Laurence Guilemin

Communication : le taureau, l’attraction de la matinée

Après avoir reçu les élèves de l’école de maternelle de Sainte-Gemme, en septembre, l’éleveur Loïc Gachet a mené la même opération, cette fois-ci avec des élèves de primaire.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
La pesée d’une vache a suscité de l’intérêt auprès des élèves.
La pesée d’une vache a suscité de l’intérêt auprès des élèves. - © AC

Ce sont près de 70 élèves issus de classe de CE2, CM1, CM2 des écoles de Sainte-Gemme qui sont venus sur l’exploitation de Loïc Gachet, le vendredi 7 février. Un exercice de communication que l’éleveur commence à maîtriser puisqu’il avait reçu en septembre, les élèves de maternelle. Une première visite dans le bâtiment où se trouvent les limousines et d’emblée les questions sont précises : « vous êtes un agriculteur bio ou traditionnel ? », « comment coupe-t-on les cornes  ? ». Il précise les races à viande que l’on trouve dans le département : limousine, charolaise et blonde d’aquitaine. Loïc Gachet explique avec pédagogie, le choix des prénoms des animaux, la nourriture, les boucles aux oreilles, le passeport. Mais la grande « attraction » de la matinée a été le taureau. Il n’a pas laissé les enfants indifférents. L’éleveur explique que « l’animal est le père de 34 veaux », qu’il l’a acheté sur une autre exploitation. Il évoque la sélection génétique. Certains élèves cherchent à comprendre ce qu’est la génétique. L’exercice d’explication n’est pas facile, mais l’éleveur y est arrivé avec l’appui de la maîtresse. Au fil des heures, les questions fusent sur le prix du taureau, sa taille. Pour capter l’attention, Loïc Gachet, après avoir expliqué le rôle de la cage de contention, propose de peser l’animal. « Enfin, je vais essayer ! » prévient-il. Les enfants sont mis à l’écart, les barrières fermées. « Surtout je ne veux pas un bruit, pour ne pas effrayer le taureau. » Le silence règne. Les yeux sont écarquillés. Après plusieurs essais, l’animal refuse de rentrer dans la cage. L’éleveur décide alors de peser des vaches. L’éleveur instaure un jeu : trouver le poids de la bête. L’idée séduit tout le monde. Au final, le taureau a bien voulu rentrer dans la cage.  Une matinée qui a aussi plu aux parents accompagnateurs. Certains ne connaissaient pas l’exploitation. Une victoire pour l’éleveur.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Agriculteur Charentais se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Voir tous

Voir tous

Le chiffre de la semaine
10 420
C'est le nombre d'hectares vendus par la Safer en 2018, à l'occasion de 6052 ventes, pour une valeur de 428M€. Le marché du foncier rural a progressé de 12%. Le marché des terres viticoles est particulièrement dynamique.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 19 unes régionales aujourd'hui