L'Agriculteur Charentais 09 octobre 2019 à 11h00 | Par Laurence Guilemin

Chambre d'agriculture : Accompagner les viticulteurs

Sandrine Lucas, œnologue et technicien viticole à la Chambre d’agriculture de Charente-Maritime assure le suivi de vinification.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Sandrine Lucas propose un « suivi de vinification » personnalisé auprès des viticulteurs.
Sandrine Lucas propose un « suivi de vinification » personnalisé auprès des viticulteurs. - © AC

Quand les viticulteurs sont dans les starting-blocks, Sandrine Lucas, œnologue et technicienne viticole, à la Chambre d’agriculture l’est tout autant. « Avec l’offre ‘‘suivi de vinification’’, j’accompagne les viticulteurs sur l’aspect technique. J’apporte un conseil spécialisé et personnalisé », lance-t-elle tout en précisant que cela offre une certaine sécurité pour eux, notamment pour la réglementation. « Il s’agit d’un accompagnement pendant toute cette période de vendange. » Avec sa « vision extérieure », elle se donne pour objectif de partager, de faire progresser, d’améliorer certains points afin d’assurer la qualité des vins et d’atteindre l’objectif produit. Raisonner les intrants œnologiques, prévenir les déviations fermentaires font aussi partie  des missions qu’elle s’est fixées. La prestation est ouverte à tout le monde, aussi bien pour le cognac que pour les vins de pays.
Lorsque le viticulteur se met en contact avec Sandrine, ils se rencontrent pour parler vendanges, état sanitaire du vignoble, connaître le chai... Une première discussion nécessaire pour mieux comprendre. D’autres suivront. « Je passe deux fois par semaine pour contrôler la fermentation. En cas de problème, le viticulteur peut m’appeler, même le week-end, je suis disponible 24 h sur 24 h, à cette période-là. ». À l’issue du suivi de fermentation, une dégustation est faite et des échantillons sont réalisés pour des analyses. Pour elle, « un bon cognac commence dans les vignes ». Elle sillonne tout le département et souligne que beaucoup de viticulteurs qui sont dans la démarche ‘‘suivi de vinification’’ sont à l’écoute des nouveautés, prêts à améliorer le raisonnement de leurs pratiques. « Les viticulteurs ont envie de personnaliser leur cognac. » Arrivée voilà un an, Sandrine Lucas a soif d’apprendre « plein de choses sur le cognac », mais regrette un peu que cette période de vinification soit si brève. Il est vrai que préalablement, elle a travaillé pendant vingt-cinq ans, en Espagne, en Catalogne comme œnologue et responsable d’un laboratoire pour le Cava, un vin effervescent d’appellation d’origine contrôlée produit selon la méthode champenoise.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Agriculteur Charentais se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Voir tous

Le chiffre de la semaine
10 420
C'est le nombre d'hectares vendus par la Safer en 2018, à l'occasion de 6052 ventes, pour une valeur de 428M€. Le marché du foncier rural a progressé de 12%. Le marché des terres viticoles est particulièrement dynamique.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui