L'Agriculteur Charentais 27 septembre 2018 à 09h00 | Par Élisabeth Hersand

Pas une grande année agricole

Dominique Graciet, le président de la Chambre d'agriculture régional, a dressé un bilan de conjoncture et a évoqué les dossiers à venir.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Dominique Graciet.
Dominique Graciet. - © VR

Trop d’humidité au printemps, trop chaud cet été… Comme de plus en plus régulièrement, la météo a cette année encore joué de mauvais tours aux agriculteurs de Nouvelle-Aquitaine.  Avec des rendements bien en baisse, les céréales ont tout de même vu leurs prix repartir vers la hausse (même si c’est aujourd’hui la baisse qui est à l’ordre du jour). Côté fruits et légumes le soleil qui a tardé à apparaître au printemps a entraîné des retards de pousse. Et en viticulture, près de 10 000 ha ont été ravagés par la grêle. «Mais au final, ce sera mieux que 2017, avec une qualité qui s’annonce vraiment bien, et même exceptionnelle pour le cognac» explique Dominique Graciet, lors d’une conférence de presse le12 septembre. Le président de la chambre régional s’inquiète tout particulièrement de l’état des fourrages : stocks déjà entamés, repousses qui ne se font pas. « Les pays de l’Est vont venir acheter aussi en France, ce qui au final, risque de faire monter les prix, et de devenir compliqué pour les éleveurs qui vont devoir acheter plus de fourrages». Même si certaines productions, telles que les filières caprine et ovine, sont moins en souffrance, Dominique Graciet estime que «ce ne sera pas une grande année agricole». Autre sujet d’inquiétude pour l’agriculteur : la gestion de l’eau. «L’irrigation, dans un tel contexte de sécheresse, prend «toute sa valeur, pour permettre une continuité de l’agriculture» lance Dominique Graciet, qui dénonce dans le même temps l’attitude des «écologistes politiques» qui bloquent les dossiers de mise en place des réserves de substitution. «Il faut que l’État prenne ses responsabilités, et arbitre réellement ce dossier ».

À venir...

Pour le président de la chambre d’agriculture régionale, l’heure des élections arrive bientôt. En janvier prochain, les suffrages pour les chambres départementales vont permettre de flécher les élus qui siégeront dans l’entité Nouvelle-Aquitaine. Ce sera les premières «vraies» élections à l’échelle Nouvelle-Aquitaine. «Nous avons actuellement un budget consolidé de 100 millions d’euros, et près de 1 200 collaborateurs». Dominique Graciet explique que le regroupement des fonctions supports se poursuit, et que les conditions d’embauche, temps de travail ont été renégociées et harmonisés.
Mais avant ces élections, la chambre régionale organise ou participe à de nombreux autres événements en région : journée de l’économie NA, le 15 octobre sur plusieurs sites de la région (lire encadré), «Mangez Fermier» les 16 et 17 octobre à Limoges, convention d’affaires du biogaz et de la méthanisation, les 6 et 7 novembre à la Rochelle, Caprinov les 28 et 29 novembre à Niort, les rencontres recherche développement formation, le 12 décembre à Angoulême.

 

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Agriculteur Charentais se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Voir tous

Le chiffre de la semaine
10 420
C'est le nombre d'hectares vendus par la Safer en 2018, à l'occasion de 6052 ventes, pour une valeur de 428M€. Le marché du foncier rural a progressé de 12%. Le marché des terres viticoles est particulièrement dynamique.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 22 unes régionales aujourd'hui