L'Agriculteur Charentais 16 janvier 2014 à 08h00 | Par Pascal Berteau

Caprins - Une hausse inacceptable

La FNSEA Poitou-Charentes vent debout contre l’aug-mentation du coût de l’équarrissage pour les éleveurs caprins

Abonnez-vous Réagir Imprimer

Suite à la décision prise par les interprofessions de ruminants, dont l’ANICAP (Association Nationale Interprofession Caprine), d’augmenter le coût de l’équarrissage pour les éleveurs caprins, la FNSEA Poitou-Charentes, dans un communiqué de presse diffusé le 24 décembre, a signifié son désaccord en parlant d’une hausse inacceptable. En effet, suite aux désengagements de l’Etat sur le financement de l’équarrissage des ruminants, chacune des filières a dû trouver des solutions. Le principe d’une mutualisation entre filières ayant été écarté, la filière caprine s’est retrouvée confrontée à devoir trouver une solution pour financer 1,6 Millions d’euros pour maintenir le principe de mutualisation à l’intérieur de la filière et éviter aux éleveurs de payer l’enlèvement des cadavres directement aux équarisseurs et à des tarifs non négociés. Suite aux refus des abatteurs de participer aux financements de cette charge, la décision a été prise d’augmenter, pour les éleveurs  la CVO (Cotisation Volontaire Obligatoire). Cela se traduit par une augmentation de 0.32€ à 1.84€ HT par chèvre pour les reproducteurs de plus de 6 mois et de 0.031€ à 0.20€ HT par chevreau. Aussi, pour un troupeau caprin de 500 chèvres, la taxe passerait de 161€ à 920€, ce qui est inadmissible pour Jean-François Bernard, Président de la section caprine FNSEA Poitou-Charentes. Il poursuit en indiquant que «largement fragilisés par la faiblesse des prix de leurs produits et la mauvaise répartition des marges dans la filière depuis trois ans, les éleveurs n'ont pas besoin de taxe supplémentaire». Réunie en Conseil d’Administration, jeudi 9 janvier, la FNSEA 17 a abordé, par la voie de James Guionnet, Président de la section caprine, ce problème. La FNSEA 17 entend dénoncer cet accord interprofessionnel sur la taxe d'équarrissage qui multiplie par 6 la facture pour les éleveurs caprins. Tous les membres du conseil se sont accordés sur le fait que cette hausse est intolérable et que des solutions doivent être trouvées rapidement par les organisations nationales.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Agriculteur Charentais se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Voir tous

Voir tous

Le chiffre de la semaine
10 420
C'est le nombre d'hectares vendus par la Safer en 2018, à l'occasion de 6052 ventes, pour une valeur de 428M€. Le marché du foncier rural a progressé de 12%. Le marché des terres viticoles est particulièrement dynamique.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui