L'Agriculteur Charentais 30 octobre 2014 à 08h00 | Par Laurence Guilemin

Caprins : Un temps d’échanges et d’infos

Les producteurs fromagers fermiers se sont rencontrés à l’initiative de la Fresyca et du syndicat caprin.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Une rencontre conviviale  au cours de laquelle les informations ont été nombreuses.
Une rencontre conviviale au cours de laquelle les informations ont été nombreuses. - © AC

Depuis plusieurs semaines, la Fresyca fait son tour du Poitou-Charentes-Vendée ! «Nos organisons des temps d’échanges entre les producteurs de fromages fermiers. Le but est de les informer des dernières actualités, de faire remonter leurs attentes, leurs interrogations et leur expliquer comment la structure peut les accompagner» annonce Virginie Venot-Bonnet, animatrice au sein de la fédération régionale des syndicats caprins de Poitou-Charentes-Vendée. Les cinq départements comptabilisent 150 producteurs fromagers fermiers, dont 26 en Charente Maritime. A l’EARL l’Angle Giraud, Maryse Bouyer fait partie de ceux là. Elle a accueilli cette rencontre sur son expl, à laquelle participait également James Guionnet, président du syndicat caprin 17.
Le projet HerbicUne après midi, au cours de laquelle Patrice Gaborit, d’Actalia à Surgères (1), a expliqué les travaux de recherche en cours et à venir, avec notamment, le projet Herbic, en collaboration avec l’Inra de Lusignan. «Depuis trois ans, la plateforme de Lusignac a mis en place le programme Patuchèvre, avec pour objectif de remettre l’herbe comme base d’alimentation principale. L’Inra s’occupe de la partie amont. Actalia va récupérer le lait, le transformer afin d’évaluer ses qualités, le comportement des laits en fabrication, l’impact de ce mode d’alimentation sur les qualités nutritionnelles et le goût de ce produit. L’Inra de Clermont -Ferrand identifiera des moléculespermettant ainsi de déterminer si le lait provient d’un l’élevage nourrit à l’herbe. A travers ce projet, il s’agit aussi de valoriser les éleveurs qui font pâturer leurs chè vres.» L’Inra souhaite aussi voir l’évolution naturelle des prairies, sur trois ans.

Lire la suite dans notre édition du 31 octobre

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Agriculteur Charentais se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Voir tous

Voir tous

Le chiffre de la semaine
10 420
C'est le nombre d'hectares vendus par la Safer en 2018, à l'occasion de 6052 ventes, pour une valeur de 428M€. Le marché du foncier rural a progressé de 12%. Le marché des terres viticoles est particulièrement dynamique.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui