L'Agriculteur Charentais 17 mai 2018 à 09h00 | Par Nicolas Ehrhardt

Caprin : Éviter les pertes dues à la paratuberculose caprine

La paratuberculose caprine peut être maîtrisée.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Une enquête a montré que 75 % des élevage picto-charentais présentaient au moins un animal touché par la maladie.
Une enquête a montré que 75 % des élevage picto-charentais présentaient au moins un animal touché par la maladie. - © AC

La paratuberculose est très largement présente dans les élevages caprins. Une enquête de l’Anses a montré qu’environ 75% des élevages du territoire de Poitou-Charentes présentaient au moins un animal séropositif. En abattoir, l’OMACAP (Observatoire régional des maladies caprines) a constaté que 22% des caprins présentaient des lésions intestinales dues à cette maladie.
Les animaux infectés peuvent subir un tarissement précoce puis un amaigrissement progressif évoluant vers la mort de l’animal en quelques mois, voire quelques semaines. La présence de diarrhée est fréquente et signale généralement un problème nutritionnel concomitant. Dans les élevages présentant des facteurs favorisant la diffusion et l’expression de la maladie, les animaux concernés peuvent être nombreux et les primipares sont parfois également touchées. Les risques sont surtout liés à des déséquilibres nutritionnels (excès de concentrés, manque de fibres, carences minérales), au pâturage et au parasitisme intestinal, ou à des stress de différentes natures.
Les GDS du Poitou-Charentes proposent aux éleveurs adhérents un plan de lutte visant à évaluer la situation avec leur vétérinaire, puis définir si la vaccination ou d’autres mesures de lutte sont justifiées. Dans les élevages où pendant 5 ans toutes les chevrettes et tous les boucs ont été vaccinés à l’âge d’un mois, l’OMACAP a montré que la maladie était maîtrisée, et que la circulation de la bactérie était largement réduite. En cas d’arrêt de vaccination, l’apparition de nouveaux cas cliniques après quelques années est à craindre.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Agriculteur Charentais se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Voir tous

Voir tous

Le chiffre de la semaine
10 420
C'est le nombre d'hectares vendus par la Safer en 2018, à l'occasion de 6052 ventes, pour une valeur de 428M€. Le marché du foncier rural a progressé de 12%. Le marché des terres viticoles est particulièrement dynamique.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui