L'Agriculteur Charentais 01 septembre 2020 à 16h00 | Par Philippe Brégowy

Bières : Océalia mise sur le millet

Après une bière au blé cru et une autre au pop corn, la coopérative Océalia lance une bière au millet.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Agnès Buisson, Perrine Denis et Xavier Briois présentent la dernière née des bières d’Océalia, « la Fauche ».
Agnès Buisson, Perrine Denis et Xavier Briois présentent la dernière née des bières d’Océalia, « la Fauche ». - © Philippe Brégowy

L’innovation ? Océalia aime ! La coopérative agricole cognaçaise a même institué des journées dédiées à ce thème « iday », une opération interne destinée à solliciter les salariés en terme d’innovation. En 2017, six collaborateurs d’Océalia ont eu l’idée de produire des bières. Deux (au blé cru, l’autre au pop corn) ont vu le jour en 2018 sous la marque Santonia. « Nous avons constitué un groupe de personnes aux compétences variées », révèle Perrine Denis, assistante des ventes à la coopérative et porte-parole du groupe en question. Lors de cette journée basée sur l’innovation, les idées fusent (882 ont été recensées !).

Innovation concluante

Pour l’entreprise, l’expérience est audacieuse et se révèle payante. « Il est important d’impliquer les salariés, les bonnes idées ne doivent pas toujours venir du haut, c’est à dire des cadres », estime Xavier Briois, directeur du pôle viticole d’Océalia. Connue, et reconnue, pour ses produits Pineau, Cognac et vins de pays charentais, la coopérative a donc décidé d’explorer le marché de la bière. Avec succès (même si Océalia ne communique pas de données chiffrées). « Nous avons choisi cette boisson car elle est appréciée du grand public, elle  est conviviale, elle est aussi représentative du partage, une valeur que nous apprécions », poursuit Perrine Denis. Ces breuvages, si appréciés tout autour du monde, sont distribués dans 70 boutiques répartis dans 8 départements. « On trouve également nos bières dans nos caves Jules Gautret », complète Xavier Briois. Brassées - « avec maestria » comme indiqué sur l’étiquette - chez un professionnel reconnu, la Débauche à Angoulême, les bières sont ensuite mises en bouteille - « avec amour » - chez PCA à Chassors. Ces bières sont donc travaillées localement.

Avec du millet de la Vienne

La dernière née (« La Fauche », au millet donc) répond aussi à cette même volonté de proximité. « Le millet utilisé ne vient pas de Charente mais d’un autre département proche : la Vienne », s’excuserait presque Perrine Denis. « En misant sur la bière, nous restons aussi sur notre coeur de métier et la valorisation des céréales locales par des compétences elles aussi locales », insiste le directeur du pôle viticole. À terme, la production de ces trois bières pourrait être entièrement confectionnée par Océalia. « C’est un objectif », reconnaît Xavier Briois, « mais auparavant nous devons étudier le modèle économique de ces trois bières ». C’est en 2022 qu’Océalia décidera de maîtriser de A à Z son secteur d’activités « bières ». Pas avant. « Car nous avons de gros projets à mener par ailleurs », convient Xavier Briois qui ne veut en dire plus.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Agriculteur Charentais se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Voir tous

Voir tous