L'Agriculteur Charentais 22 janvier 2020 à 11h00 | Par Kévin Brancaleoni

Beurlay, dans la continuité

Pas d’agrandissement de la zone de collecte ou de grands chantiers annoncés cette année, mais de bons résultats qui se confirment pour la « coopérative à taille humaine ».

Abonnez-vous Réagir Imprimer
2019 a été placée sous le signe des investissements.
2019 a été placée sous le signe des investissements. - © Coop de Beurlay

C’est devant une assistance un peu clairsemée que s’est tenue l’assemblée générale de la Coop de Beurlay, à la salle des fêtes de Plassay le 4 décembre dernier. « Bon nombre d’entre nous sont encore dans les semis… », a rappelé le président, Patrice Gay, en saluant toutefois une bonne mobilisation des sociétaires. En 2018, l’extension du périmètre autorisé de collecte et l’annonce de nombreux événements étaient au cœur de la réunion ; cette fois, l’assemblée générale était placée sous le signe de la continuité et de la stabilité. Ainsi, le chiffre d’affaires global est en légère hausse (10 589 592 € contre 10 580 340 € l’an passé), sa répartition entre collecte et appros évolue peu (68/32 contre 72/28). Le bénéfice baisse un peu, mais des compléments de prix ont déjà été versés aux adhérents au cours de la campagne 2018/2019. Les quantités collectées sont en légère baisse (38 610 t contre 40 640 t sur la campagne précédente), mais restent bien supérieures à ce qu’elles étaient il y a quelques années. Maïs et blé tendre, collectés en quantités presqu’égales, représentent à eux seuls 75 % de la collecte 2018.
Le directeur de la coopérative, Philippe Millon, a profité de l’occasion pour faire un point sur la campagne en cours : « en 2019, on va flirter avec le 41 000 t. Nous avons eu des rendements en hausse cet été, malheureusement suivis par de mauvais rendements en maïs en automne. » L’an prochain, la part du maïs devrait donc baisser face au blé, en forte hausse quantitative mais dont le taux de protéines pose parfois problème. « À cause de ce manque, nous avons quelques marchés qui se ferment », a indiqué Philippe Millon.

Des investissements réalisés

La gestion de ces quantités importantes de céréales a été facilitée par les investissements annoncés l’an dernier sur les sites de Plassay et Corme-Royal. Deux silos y ont été construits, respectivement de 1984 t et 2350 t. «Heureusement que nous avions cette capacité de stockage cet été !» s’est félicité Philippe Millon. Des aménagements de voirie ont également été réalisés sur ces deux sites. À Corme-Royal, un nouveau bungalow et une sonde pont-bascule ont également été installés, tandis qu’à Plassay c’est un bâtiment pour les engrais et des aménagements de mise en conformité qui ont été réalisés. Le laboratoire a également accueilli du nouveau matériel, suite aux dégâts survenus lors d’un cambriolage.
L’assemblée générale a aussi été l’occasion de faire le point sur l’avenir de la Coop de Beurlay et les enjeux qui l’attendent. Patrice Gay souligne qu’elle demeure « une coopérative à taille humaine et à l’écoute de ses adhérents », mais pointe également des problèmes liés à la conjoncture nationale et internationale, comme la rémunération des agriculteurs ou les difficultés liées à la loi Égalim. Celle-ci n’ayant pas encore été intégrée au droit rural, la Coop de Beurlay devra, comme ses homologues, convoquer une assemblée générale extraordinaire d’ici au 25 juin prochain, date de son entrée en vigueur. À travers l’Entente des Coops 17, la Coop de Beurlay a aussi intégré en début d’année le dispositif Aquitabio. «Demain, si certains d’entre vous veulent se convertir à l’agriculture biologique, c’est possible, nous sommes certifiés», a assuré Patrice Gay.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Agriculteur Charentais se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Voir tous

Voir tous

Le chiffre de la semaine
10 420
C'est le nombre d'hectares vendus par la Safer en 2018, à l'occasion de 6052 ventes, pour une valeur de 428M€. Le marché du foncier rural a progressé de 12%. Le marché des terres viticoles est particulièrement dynamique.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui