L'Agriculteur Charentais 28 mars 2019 à 09h00 | Par Bernard Aumailley

Bâtiment : permettre aux animaux d'exprimer leurs comportements

Les techniques de construction doivent reposer sur une amélioration du travail de l’éleveur, mais aussi se soucier du bien-être animal.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © AC

Tout débute ainsi : « la santé des animaux est une des préoccupations quotidiennes des éleveurs. » Dans le long document de l’Institut de l’élevage, conditions de travail et bien-être animal sont maintenant très liés. Selon François Gervais, de l’Institut de l’élevage, la performance technico-économique des élevages est aussi la conséquence des bâtiments. Infections mammaires, boiteries, troubles de la reproduction induisent des baisses de la productivité. « Les conditions de logement ont pour objectifs, par exemple, d’une part de couvrir les besoins des animaux, de préserver leur intégrité physique, leurs comportements naturels donc leur bien-être et d’autre part de maîtriser leur exposition aux pathogènes. » François Gervais insiste : « les définitions multicritères, du bien-être animal sont construites en négatif reposant essentiellement sur l’absence de ce mal-être. » Si on parle de nouveaux critères, plus « éthologiques », le nombre de vaches à loger par unité de main d’œuvre a aussi son importance ; « Cela augmente le temps de présence en bâtiment. » Aujourd’hui, les logettes contribuent à la maîtrise des mammites, avec la robotisation : « autre exemple : la recherche de réduction de la pénibilité du travail entraîne aussi une augmentation de la part des logettes, 100 % lisier avec matelas. »

Autour de la machine à café
Dans le travail qu’a coordonné François Gervais, avec ses collègues de l’Institut de l’élevage, les idées reçues sont remises en place : les animaux ont besoin d’exprimer des comportements. Ils ont consigné l’activité d’une vache : 12 à 14 h de coucher, 7 à 10 h de rumination, 3 à 5 h d’alimentation… 2 à 3 h de rapports sociaux en dehors de la traite et du temps des déplacements, 15 à 30 minutes pour s’abreuver. 15 l par minute. Une vache boit entre 65 à 120 l en 24 h en 7 ou 8 fois entre 6 h et 19 h. Dans ce timing, le coucher est donc primordial : « grégaires, plus ou moins synchrones, diurnes avec une vision nocturne, les vaches ne font rien… entre minuit et 4 h du matin. » D’où la nécessité d’une place de couchage adéquate : soit en long, soit en boule, soit en large, ou en étoile. « L’animal doit pouvoir se coucher et se relever facilement, pour éviter toute blessure. » François Gervais émet des « évidences » : « s’alimenter à volonté, s’abreuver sans compétition, se déplacer sans risque, mais aussi voir ses congénères en toutes circonstances.» Donc incidence sur la nature du bâtiment : il faut que 10 % du troupeau puise s’abreuver en même temps, et à moins de 20 m de l’animal.
François Gervais ajoute à cette recherche de bien-être dans les bâtiments, la préservation de la peau (blessures ou dépilation) que ce soit avec les trayons, les tarses en logettes. Ainsi le cou est mis à mal par certains cornadis (comme l’épaule) ou l’auge, la logette, comme le fanon ou le genou. Colonne, côtes, bassin sont tributaires des bat-flancs des logettes. Quant aux tarses, ils sont la conséquence des sols. Autre défi du bien-être : l’ambiance et les poussières. « Lorsqu’il y a trop de poussières, en cas de ventilation mécanique inadaptée ou excessive, la santé des animaux s’en ressent. » D’où l’importance d’un diagnostic d’ambiance réalisé par un technicien. Si l’animal stresse, il sécrète des hormones, dont du cortisol, anti-inflammatoire, diminuant les leucocytes dans le sang et les mamelles. Les techniciens de l’Institut de l’élevage soulignent que « respecter les besoins des animaux, confort thermique, place par animal, circulation fluide, équipements de contention adaptés, comportements bienveillants de l’éleveur, contribuent donc à une meilleure santé. »
Quant à la température, s’il faut éviter les courants d’air en hiver, les rechercher en été, pas facile d’avoir la bonne ventilation. « Les bovins craignent les variations brutales car ils resserrent les vaisseaux sanguins. Les plages de confort thermique sont beaucoup plus basses que pour les monogastriques. » Les techniciens introduisent l’idée de « biosécurité » dans le bâtiment d’élevage : logements distincts, organisés par lots, travail entre animaux sains jusqu’aux animaux mal en point… Il y a à prévoir cette gestion-là dans la conception ou la rénovation des bâtiments. François Gervais a coordonné le document « Des vaches laitières en bonne santé. Moins d’antibiotique avec des bonnes pratiques et des bâtiments adaptés. »
Bernard Aumailley

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Agriculteur Charentais se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Voir tous

Le chiffre de la semaine
600 000
C'est la surface, en ha, de maïs (toutes variétés confondues) en Nouvelle-Aquitaine. La région cultive environ 30 % du maïs français. La Charente-Maritime est au 3ème rang régional, derrière les Landes et les Pyrénées-Atlantiques.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui