L'Agriculteur Charentais 07 décembre 2017 � 08h00 | Par Estelle Bescond

Aux petits soins pour ses veaux

Comme ses grands-parents, Guillaume Terrière a choisi d’élever des veaux sous la mère. Mieux valorisé qu’un broutard, le veau sous la mère nécessite une attention particulière.

Abonnez-vous R�agir Imprimer
Guillaume Terrière élève des veaux sous la mère depuis son installation, en mars 2016.
Guillaume Terrière élève des veaux sous la mère depuis son installation, en mars 2016. - © VC

«Mes grands-parents maternels faisaient du veau sous la mère, alors ça s’est fait comme ça.» Guillaume Terrière s’est installé à Rioux-Martin en mars 2016 en hors cadre familial. Il y a acheté 17 ha de foncier, un cheptel de 17 têtes et le bâtiment. Peu à peu, il a développé sa structure en reprenant le fermage d’un voisin, et en augmentant la taille de son troupeau pour arriver à 56 vaches de différentes races  : limousines et montbéliardes en majorité, et des croisées, avec 60 % de race à viande et 40 % de tantes. L’éleveur procède à des saillies naturelles avec des mises-bas toute l’année. «Pour la trésorerie, ça fait des entrées d’argent tous les mois. J’ai commencé comme ça et ce n’est pas plus mal», constate-t-il. Pour nourrir ses veaux, Guillaume Terrière a fait le choix de les mettre sous la mère au licol et de ne pas utiliser de lait en poudre.

Lire la suite dans notre édition papier du 8 décembre

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions �mises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Agriculteur Charentais se r�serve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et r�glements en vigueur, et decline toute responsabilit� quant aux opinions �mises,

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Voir tous

Voir tous