L'Agriculteur Charentais 28 juillet 2020 à 14h00 | Par Kévin Brancaleoni

Association des laiteries : Préparer l'avenir, malgré la crise

À l’occasion de son assemblée générale, l’Association centrale des laiteries coopératives a fait un premier bilan de la crise sanitaire et s’est penchée sur les perspectives et projets qu’elle souhaite porter.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Joseph Giraud, Patrick Roulleau et Laurent Chupin.
Joseph Giraud, Patrick Roulleau et Laurent Chupin. - © AC

La 127ème assemblée générale de l’Association centrale des laiteries coopératives des Charentes et du Poitou, qui s’est tenue jeudi 18 juin, était particulière à plus d’un titre. C’était d’abord la première présidée par Patrick Roulleau, qui a succédé l’été dernier à Jean-Luc Rabillard. Et s’il a ouvert la réunion, comme de coutume, en compagnie du directeur Joseph Giraud, ce n’était pas face à une salle pleine de participants mais devant une caméra, précautions sanitaires oblige. Des conditions adéquates pour évoquer l’impact de la crise du Covid-19 sur les producteurs laitiers du bassin. Le président a tenu à saluer une fois de plus l’implication des professionnels de toute la filière. « J’espère que le consommateur et l’État s’en rappelleront… »
La filière a dû faire preuve d’une importante flexibilité pour s’adapter aux évolutions rapides du marché, par exemple pour les produits les plus hauts de gamme, boudés en début de crise puis revenus en grâce vers la fin. « On a eu ce problème au moment du confinement et du déconfinement, qu’il a fallu anticiper », signale Patrick Roulleau. « C’est d’autant plus dommage qu’on sortait d’une année 2019 où tous les voyants étaient au vert », abonde Joseph Giraud. La collecte de lait de chèvre progressait de 0,44 % sur un an, tandis que celle de lait de vache reculait de 2,52 % ; mais ces chiffres cachent une fin d’année marquée par un fort dynamisme, qui s’est poursuivi au début de 2020. Sur les quatre premiers mois de l’année, la collecte est en hausse de 1,78 % en lait de vache, et de 4,99 % en lait de chèvre. « On pressentait une très bonne année, et tout ça a été fracassé par cette crise », se désole le directeur de l’Association centrale des laiteries. Les deux hommes évoquent des incertitudes sur la suite, qui dépendront notamment de l’évolution de la situation sanitaire et de la vitesse à laquelle les stocks se résorberont.

Mieux valoriser le lait collecté

Crise ou pas, l’objectif de l’Association centrale des laiteries reste de préparer l’avenir. Il passera notamment par une plus grande autonomie des deux laboratoires, le LABCO (Laboratoire d’analyses du Centre-Ouest) et le LILCO (Laboratoire interprofessionnel laitier du Centre-Ouest), qui vont devenir des filiales « pour qu’ils puissent avoir une plus grande autonomie de gestion et soient en mesure de se développer par leurs propres moyens », explique Joseph Giraud.
Autre sujet, et de taille, le maintien d’une dynamique laitière dans le bassin. Pour l’Association centrale des laiteries, il s’agit d’abord obtenir une meilleure rémunération pour les producteurs, ce qui passera notamment par une valorisation accrue du lait écrémé obtenu lors de la fabrication du beurre. L’arrivée du nouveau cahier des charges de l’AOP (voir notre édition du 5 juin) devrait y contribuer. Pour l’heure, la démarche ne fait que commencer. « Nous avons déposé un dossier à FranceAgriMer, en cours d’agrément », indique Joseph Giraud. Une réflexion est en cours sur les produits qui pourraient être élaborés. « On peut aller de l’ingrédient à un produit fini, sans doute en dépassant un peu la partie protéines », révèle Patrick Roulleau. Un premier aperçu a été présenté aux laiteries, et « les entreprises ont très bien réagi à ce projet », assure le président. « Elles sont vraiment engagées dans cette démarche. »

 

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Agriculteur Charentais se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Voir tous

Voir tous

Le chiffre de la semaine
10 420
C'est le nombre d'hectares vendus par la Safer en 2018, à l'occasion de 6052 ventes, pour une valeur de 428M€. Le marché du foncier rural a progressé de 12%. Le marché des terres viticoles est particulièrement dynamique.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui