L'Agriculteur Charentais 29 avril 2021 a 17h00 | Par Laurence Guilemin

Apprendre à conduire avec un simulateur

L'Agrocampus de Saintonge souhaite investir dans six simulateurs de conduite d'engins agricoles afin de répondre à la problématique de l'emploi. Elle proposera à la rentrée des formations dédiées.

Abonnez-vous Reagir Imprimer
L'apprentissage de la conduite d'engins agricoles a pu se faire via un simulateur, au sein de l'Agrocampus de Saintonge.
L'apprentissage de la conduite d'engins agricoles a pu se faire via un simulateur, au sein de l'Agrocampus de Saintonge. - © AC

« Les pilotes de ligne apprennent à voler sur des simulateurs. Pourquoi ne pas faire de même pour la conduite des engins agricoles ? », questionne Jean-Michel Bregeon,directeur de l'Agrocampus de Saintonge, en regardant les deux simulateurs dans une des salles du CFA-CFPPA.

Être opérationnel

Pendant deux semaines, l'établissement a proposé aux jeunes de faire des essais. Deux constructeurs (Tenstar et Accreos) ont prêté chacun un simulateur afin de mieux appréhender les possibilités de ces matériels. L'objectif pour la rentrée prochaine est l'achat de six simulateurs, quatre ici, un pour le Petit Chadignac et un pour Le Renaudin à Jonzac. « Face à la problématique de trouver du personnel opérationnel sur les engins, nous proposerons, dès cet automne, de nouvelles formations de niveau IV avec un BP Agroéquipement conduite et maintenance du matériel pour les jeunes. Une formation adulte sera également dispensée avec un CQP conducteur d'engins », précise David Girard, directeur du CFA/CFPPA.
150 exercices très courts ou 40 exercices plus longs sont proposés « en immersion ». « L'important est d'oublier que l'on est sur un fauteuil », souligne le directeur. Pendant qu'un élève est sur un tracteur, avec ou sans remorque, avec un déchargement à effectuer ou bien des travaux dans les champs, l'autre peut se trouver dans une moissonneuse-batteuse, et le formateur dans le champ. La simulation est telle que le fauteuil reproduit les vibrations. « On gagne en efficacité dans le comportement, les réglages. On gagne du temps et on est plus vite opérationnel. Nous avons un retour positif des EDT, de la FD des Cuma des Charentes, du Cemes. » Le directeur va même plus loin et exprime son envie de collaborer avec les constructeurs de simulateurs pour apporter des améliorations, des évolutions et donne l'exemple du tracteur enjambeur.

Une autre image de l'agriculture

L'investissement se situe autour de 250 000 et 300 000 euros, mais pour David Girard, « lorsqu'on connaît le prix d'une d'une moissonneuse-batteuse... » Le secteur du paysage n'est pas oublié, « nous envisageons aussi de prendre une licence ''chenille'' pour le BTP ». Au sein de l'établissement, via l'exploitation agricole, des tracteurs servent pour l'apprentissage. « Nous sommes tributaires du temps. Avec des simulateurs, ce sera un bon complément pour une formation efficace. On disposera du matériel virtuel. On aura aussi un gain en carburant. » avance Jean-Michel Bregeon. De plus, cela donne une autre image de l'agriculture auprès des jeunes. « Nous avons un problème de potentiel de recrutement pour ses métiers. »  Cette image 3.0, l'Agrocampus y tient. Il a en projet de moderniser l'alimentation des vaches au sein de l'exploitation, avec un robot.
Le président du Conseil d'administration, Michel Amblard, espère bien emmener un simulateur lors du prochain Balade à la Ferme, en fin d'année. « L'agriculture est une filière qui bouge, qui utilise les nouvelles technologies pour améliorer aussi bien les conditions de travail que les pratiques culturales. Il faut le faire savoir. »

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions emises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Agriculteur Charentais se reserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et reglements en vigueur, et decline toute responsabilite quant aux opinions emises,

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Voir tous

Voir tous