L'Agriculteur Charentais 03 mai 2018 à 11h00 | Par Laurence Guilemin

Allier passion du sol et viticulture

À Villexavier, Cédric Lanseau vient de créer son entreprise, «Géoviti Expertise». Il allie ainsi sa passion pour la géologie et la viticulture.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Pour Cédric Lanseau, «l’agriculteur est celui qui connait le mieux son sol».
Pour Cédric Lanseau, «l’agriculteur est celui qui connait le mieux son sol». - © AC

Concilier sa passion des sols et la viticulture ! Voilà la concrétisation de Cédric Lanseau. A 41 ans, il vient de créer son entreprise Géoviti Expertise. Basée à Villexavier, dans le cru «Bons bois», sa toute jeune entreprise propose des services en agriculture de précision pour la viticulture.  Pour lui, «en agriculture, le sol, le sous-sol, le relief, la topographie sont à prendre en compte. Il existe des variations, des hétérogénéités entre les parcelles et au sein des parcelles. L’agriculteur est celui  qui connait le mieux son sol. Avec les cartes de variabilité intra-parcellaires que je propose, le viticulteur peut intervenir précisément dans les zones sensibles en adaptant ses pratiques, y limiter les risques pour pérenniser son vignoble et obtenir une qualité homogène tant qualitative que quantitative».

Des études approfondies


Cédric Lanseau est intarissable sur le sol. Titulaire d’un Master 2 en Sciences de la terre,  il a  appris la géologie et a étudié des processus d’érosion du sous-sol à l’aide d’instruments de mesures géophysiques. Sa soif d’en savoir encore plus, le mène à passer un DESS en géophysique appliquée. «Là, j’ai appris à manipuler les instruments dédiées à  l’auscultation du sous-sol à des fins environnementales, archéologiques et d’explorations pétrolières.» Toujours insatiable de connaissances, il devient géomètre-topographe, à Jonzac «afin de développer des compétences.» Délimitation des propriétés foncières, à l’aide de plans cadastraux et de remembrements, utilisation des appareils de topographies et GPS de haute précision, réalisation de plans informatiques n’ont plus de secret pour lui. «Après quatre années à faire ce travail, je percevais qu’il me manquait quelque chose. J’avais envie de revenir sur mes terres, de travailler avec mes mains» concède Cédric Lanseau. Et là, on comprend mieux sa passion pour les sols. Il est issu du monde agricole, avec une lignée de générations d’agriculteurs et de viticulteurs. «Pourtant, plus jeune, je passais plus de temps à étudier qu’à vouloir apprendre le métier d’agriculteur» reconnait-il avec un sourire. Retour à l’école, au lycée le Renaudin, à St Germain de Lusignan, pour apprendre, pendant trois mois, les techniques de taille, la conduite de tracteur et l’utilisation des outils. Pendant sept ans, il s’est rapproché de ses racines, à travailler au rythme des saisons, à mieux cerner les attentes des viticulteurs. Il y a deux ans, la passion du sol le rattrape. Il se lance dans une veille scientifique et technique sur l’agriculture de précision. «A Champagnac, sur l’exploitation viticole familiale, j’ai réalisé des cartographies de sol en utilisant des outils que je n’avais pas utilisé depuis la fin de mes études. La cartographie de l’hétérogénéité des sols était réaliste, précis. Cela a fait ressortir des détails jusque là insoupçonnés sur des connaissances du proche sous-sol des parcelles.» Ce qu’il a réalisé sur l’exploitation familiale, il souhaite maintenant le proposer aux viticulteurs. «Je peux réaliser une cartographie de l’hétérogénéité du proche sous-sols en trois dimensions. Les données proviennent d’un appareil de mesure, le conductivimètre. La valeur de conductivité mesurée est dépendante de plusieurs paramètres physiques et chimiques du sol : sa texture, son humidité, sa compaction, son épaisseur, sa teneur en argile et sa salinité» précise-t-il. Il rajoute aussi que «des cartes de conductivités électrique jusqu’à 2 m de profondeur peuvent être délivrées.» Dans son offre, il propose aussi une cartographie de la vigueur végétative du vignoble, soit au sol à l’aide de capteurs infra-rouge, soit par survol en drone équipé d’une caméra spécifique. Il souligne que ces cartes sont des outils d’aides à la décision pour le viticulteur. «Il pourra choisir quels porte-greffes utiliser selon le type de sol, moduler ses apports d’engrais en fonction du type de sol et de la vigueur de la vigne.» Il met en avant les doses lors des traitements phyto, qui seront adaptées au plus juste, la gestion de l’enherbement et le travail mécanique des inter-rangs, la gestion de la taille des ceps en  fonction de la vigueur et du type de sol, les problématiques de compaction des sols, de drainage et d’érosion. 
Cédric Lanseau s’adresse, bien sûr, aux viticulteurs des deux Charentes mais vise aussi d’autres terroirs comme le Bordelais, la Champagne, le Languedoc... et regarde aussi vers l’étranger. Il compte se faire connaître notamment via les réseaux sociaux. Un site internet est en cours de construction.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Agriculteur Charentais se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Voir tous

Le chiffre de la semaine
10 420
C'est le nombre d'hectares vendus par la Safer en 2018, à l'occasion de 6052 ventes, pour une valeur de 428M€. Le marché du foncier rural a progressé de 12%. Le marché des terres viticoles est particulièrement dynamique.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 22 unes régionales aujourd'hui