L'Agriculteur Charentais 22 mars 2013 à 17h43 | Par Gérard SEGUIN

AFDI Poitou-Charentes - Les paysans du monde veulent nourrir les villes

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Dans le cadre de son cycle de rencontres des paysans du monde, AFDI Poitou-Charentes s’est associée cette année aux Jeunes Agriculteurs pour organiser un colloque sur la reconnaissance du métier de paysan. Une centaine de représentants du monde agricole régional se sont donné rendez-vous le 14 mars dernier à Saintes pour une conférence-débat intitulée «Qui va nourrir les villes ? La reconnaissance du métier de paysan». «L’objectif du colloque est de dessiner le défi alimentaire auquel devra faire face le monde de demain avec une concentration des populations dans les villes,» a expliqué en préambule le président régional d’AFDI Thierry Boudaud. «Pour relever ce défi, les agriculteurs familiaux devront pouvoir, partout dans le monde, bénéficier de politiques favorables à leurs activités. C’est un choix de société que de croire à un modèle d’agriculture familiale pour répondre aux enjeux de souveraineté alimentaire, pour être capable d’innover mais aussi de créer de l’emploi et de participer au développement économique». Les JA qui viennent de signer une déclaration commune au dernier Salon sur le rôle de le l’agriculture familiale étaient logiquement associés à cette rencontre. Le président national François Thabuis était d’ailleurs présent. «Le métier de paysan, par sa multifonctionnalité, par sa diversité, par son poids économique, son rôle nourricier essentiel doit être plus que jamais reconnu» soulignent-ils.
- © A-C
Le concours du CIRAD
Pour dresser le tableau de la situation internationale, AFDI Poitou-Charentes pouvait compter sur la présence de Jacques Marzin, Enseignant-chercheur au CIRAD (Coopération Internationale en Recherche Agronomique) qui a travaillé au Brésil, au Cuba et au Burkina sur les organisations paysannes et les services d’appui aux producteurs. Une présentation complète et passionnante. Place ensuite au débat qui a permis d’entendre la voix des paysans d’Afrique : Abla Yaovi est présidente de l’Union des Agriculteurs de la Région des Plateaux, organisation de 3000 producteurs du Togo. A la tête d’un groupement de femmes transformatrices de soja, elle a expliqué comment les Femmes ont conquis leur parcelle de pouvoir jusqu’à devenir moteur dans le développement agricole du pays. Quant à Amidou Ganamé, secrétaire général de la Fédération Nationale des Groupements Naam au Burkina Faso, il a notamment expliqué comment les jeunes, et plus récemment les femmes, ont participé au développement de cette association paysanne créée en 1967 qui regroupe 90 unions et 14 unités thématiques (alphabétisation, appui agro-économique, réseau des greniers communautaires…).
L’accès au foncier
Au cours de cette table ronde, à laquelle participait également la Députée de Charente-Maritime, Catherine Quéré, on aura compris que les lignes sont en train de bouger en Afrique où AFDI pratique le développement depuis plusieurs décennies. La route est longue et semée d’embûches (les fonds financiers dament le pion aux Etats et des pays comme la Chine investissent dans le foncier pour s’assurer de la maîtrise de l’alimentation de leur population en croissance) mais le pouvoir politique prend peu à peu conscience de la nécessité d’aider les paysans qui disposent à portée de main d’un formidable marché constitué de millions d’habitants qui s’entassent dans les villes. La reconnaissance réglementaire du métier, l’accès au foncier, l’organisation de la commercialisation… autant de chantiers essentiels qui sont engagés. «Les paysans n’ont pas besoin de compassion et encore moins d’une forme de condescendance, que l’on trouve parfois de la ville vers la campagne ou du nord vers le sud. Les paysans ont plus simplement besoin de reconnaissance…» ont conclu Thierry Boudaud et Vincent Touzot, le président des JA Poitou-Charentes.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Agriculteur Charentais se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Voir tous

Voir tous

Le chiffre de la semaine
10 420
C'est le nombre d'hectares vendus par la Safer en 2018, à l'occasion de 6052 ventes, pour une valeur de 428M€. Le marché du foncier rural a progressé de 12%. Le marché des terres viticoles est particulièrement dynamique.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui