L'Agriculteur Charentais 13 juillet 2020 à 11h00 | Par La rédaction de l'Agriculteur Charentais

À la reconquête des marais

Le Conservatoire du littoral et la Safer Nouvelle-Aquitaine ont mené un travail étroit pour redonner à des marais de Talmont-sur-Gironde leur vocation prairiale et permettre l’installation d’un éleveur.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
350 brebis sont arrivées, le 5 juin, dans les marais de Talmont-sur-Gironde.
350 brebis sont arrivées, le 5 juin, dans les marais de Talmont-sur-Gironde. - © Conservatoire du littoral / DR

Depuis le vendredi 5 juin, les 350 brebis d’Olivier Mistineo, éleveur à Talmont-sur-Gironde, peuvent profiter  d’un pâturage tournant sur un premier lot de 34 ha. Mais avant d’en arriver là, il faut remonter à fin 2018. « Le Conservatoire du littoral est devenu propriétaire de 123 ha à Talmont-sur-Gironde. Situés au coeur du marais, ces terres étaient valorisées en grande culture depuis le début des années 80, mais en déprise ou en jachère depuis plusieurs années. Grâce à l’appui de nombreux partenaires, et en partenariat étroit avec la Safer Nouvelle-Aquitaine, le Conservatoire du littoral a permis de redonner à cet espace sa vocation prairiale, contribuant ainsi à restaurer la biodiversité et le paysage du marais, et à redynamiser l’élevage local en installant un jeune éleveur » explique Jean-Michel Laloue, du conservatoire du littoral.
Cette acquisition stratégique a en effet été rendue possible grâce à la négociation foncière menée par la Safer avec l’ancien propriétaire courant 2018 pour préserver l’unité des terrains à long terme, et permettre la mise en oeuvre d’un programme ambitieux de restauration du marais et de gestion agricole extensive des terrains. Elle a été soutenue financièrement par l’Agence de l’Eau Adour Garonne.
De son côté, Olivier Mitsieno, après des études de droit, a souhaité se réorienter « vers un métier plus en lien avec nature ». Sa rencontre avec Adrien Chaudot lui permet de franchir le cap. « Il m’a proposé de travailler avec lui sur l’exploitation ovine qu’il reprenait de sa belle-mère, Régine Boisseau, à Mortagne-sur-Gironde. » 
L’éleveur retenu pour l’exploitation de cet ensemble de prairies, a été sélectionné parmi 11 candidats dans le cadre d’un appel à candidature, par une commission d’attribution agricole présidée par le Conservatoire du littoral en tant que propriétaire, et composée de représentants de la Safer, de la Chambre d’agriculture, de la commune de Talmont-sur-Gironde, du Département de la Charente-Maritime et du Conservatoire d’espaces naturels de Nouvelle Aquitaine en février 2019.
Les terres étant en déprise au moment de l’acquisition, et non équipées pour l’élevage, le Conservatoire du littoral, avec l’appui technique du Conservatoire des Espaces Naturels de Nouvelle Aquitaine, a réalisé des investissements importants afin que l’installation se réalise dans de bonnes conditions : broyage des friches,  décompactage des sols et enlèvement des espèces invasives, réensemencement de toutes les parcelles en prairies, réalisation d’accès, acquisition de matériel de clôtures. Les premières clôtures ont été installées l’année dernière.
Depuis trois ans, au Gaec des deux Marais, les deux éleveurs ont continué à travailler à l’amélioration du bien-être du troupeau. « Nous avons créé des conditions pour qu’il puisse pâturer tout au long de l’année et qu’il n’ait plus besoin ni de céréales ni de foin », explique Olivier Mitsieno. Ce projet répond aussi à leur volonté de relocaliser l’économie et préserver l’environnement.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Agriculteur Charentais se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Voir tous

Voir tous

Le chiffre de la semaine
10 420
C'est le nombre d'hectares vendus par la Safer en 2018, à l'occasion de 6052 ventes, pour une valeur de 428M€. Le marché du foncier rural a progressé de 12%. Le marché des terres viticoles est particulièrement dynamique.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui