L'Agriculteur Charentais 20 mars 2014 à 08h00 | Par Laurence Guilemin

BIO - Des adhérents en plus

Le Gab 17 se réjouit de l’augmentation de son nombre d’adhérents mais s’inquiète de la gestion du 2ème pilier de la Pac.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Le GAB 17 est dans une dynamique constante.
Le GAB 17 est dans une dynamique constante. - © AC

Près d’une soixante de personnes a assisté à l’assemblée générale, du Gab 17, à Brouage, lundi 10 mars. Une assemblée générale marquée par l’absence du président, puisque Valéry Bouyer a démissionné de son poste. C’est donc, le vice-président  Dominique Mallet qui a assuré la séance. Une assemblée générale marquée aussi par des signes encourageants eu égard au nombre de conversions sur l’année 2013 : «48 au total, soit environ 600 ha» souligne Karine Triouillard, animatrice. Elle précise qu’il «n’y a pas de conversions sur les bassins de captage.» On note aussi une augmentation de surface dûe à des petits agrandissements. Le Gab 17 comptabilise 184 adhérents dont 145 agriculteurs. Au total, 220 agriculteurs étaient certifiés bio fin 2013. Côté communication, les opérations se sont succèdées : participation à des salons, interventions auprès des établissements agricoles, publication du Guide Bio (la nouvelle édition paraîtra en mai-juin), le mois de la Bio «avec un bilan mitigé», cela amènera certainement à «recentrer» cet événement.

Lire la suite dans notre édition du 21 mars

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Agriculteur Charentais se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Le chiffre de la semaine
1300
C'est le nombre de chênes de qualité charpente, c'est-à-dire âgé de 200 ans avec une circonférence de 2 à 2,5 m environ, qui pourraient être nécessaires pour la reconstruction de la charpente de Notre-Dame de Paris. La FNB et d'autres organisations du bois ont annoncé être prêtes à apporter leur aide pour garantir un approvisionnement français des travaux.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 22 unes régionales aujourd'hui