L'Agriculteur Charentais 11 janvier 2018 à 08h00 | Par ED

Sanitaire : La vaccination contre la FCO n'est plus imposée

Depuis le 1er janvier, la France est passée en zone réglementée pour la fièvre catarrhale ovine (FCO) de sérotype 4 et 8.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Les animaux peuvent circuler librement sur le territoire et la vaccination n'est plus obligatoire, sauf pour l'export.
Les animaux peuvent circuler librement sur le territoire et la vaccination n'est plus obligatoire, sauf pour l'export. - © AC

Àla vue de l'extension de la maladie, depuis le 1er janvier, l'État n'oblige plus les éleveurs à vacciner leurs animaux contre la fièvre catarrhale ovine de sérotype 8 (BTV-8) et de sérotype 4 (BTV-4). La décision a été prise unanimement au Comité national d'orientation des politiques sanitaires animales et végétales (CNOPSAV) du 21 décembre. «L'objectif d'éradication poursuivi n'est désormais plus approprié, notamment en l'absence de quantité suffisante de vaccin pour tous les ruminants des nouvelles zones réglementées, avant la reprise d'activité vectorielle du printemps prochain. De plus, il apparaît à ce stade que ce BTV-4 ne provoque aucune maladie, tant sur les bovins que sur les petits ruminants. En outre, les mesures de restriction des mouvements des animaux sont très coûteuses, mal acceptées socialement et économiquement, et elles ont montré leur limite». précise un communiqué de la préfecture de l'Ardèche.
Un arrêté publié au Journal officiel du 31 décembre a bien confirmé la fin de cette vaccination obligatoire contre le sérotype 4, dont le coût était pris en charge par l'État, et le passage en zone réglementée BTV4-8 de toute la France. Les animaux peuvent donc de nouveau circuler librement sur tout le territoire.

Vaccination obligatoire pour l'export


Pour autant, cette vaccination reste obligatoire pour exporter les animaux vers l'Espagne ou l'Italie à moins de payer un test (PCR) pour prouver la séronégativité de l'animal et une désinsectisation durant le transport, selon une instruction technique.
Pour certaines destinations européennes, l'animal destiné à l'export doit être vacciné et issu d'un troupeau vacciné. La vaccination revient donc «à la charge des éleveurs». «Les priorités dans l'attribution des vaccins, seront concertées et décidées par les fédérations professionnelles qui devront commander les vaccins dont elles estiment avoir besoin»,. Dans le cas des pays tiers, le site Exp@don répertorie par fiches techniques les conditions exigées pour chaque pays.

 

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Agriculteur Charentais se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Le chiffre de la semaine
1300
C'est le nombre de chênes de qualité charpente, c'est-à-dire âgé de 200 ans avec une circonférence de 2 à 2,5 m environ, qui pourraient être nécessaires pour la reconstruction de la charpente de Notre-Dame de Paris. La FNB et d'autres organisations du bois ont annoncé être prêtes à apporter leur aide pour garantir un approvisionnement français des travaux.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 22 unes régionales aujourd'hui