L'Agriculteur Charentais 14 novembre 2013 à 08h00 | Par Bernard Aumailley

Syndicat des eaux - Le prix ne change pas, sauf la facture

Des communes nouvelles vont adhérer, d’autres vont le quitter. L’eau restera au même prix. Pas les taxes afférentes.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Les communes de la communauté de Royan rejoignent le syndicat des eaux en janvier prochain.
Les communes de la communauté de Royan rejoignent le syndicat des eaux en janvier prochain. - © AC

Focaliser sur le prix de l’eau vendu n’est qu’un aspect de la «problématique» eau potable dans le département. Le Syndicat des eaux gère à la fois la ressource, sa diffusion dans les tuyaux, sa distribution dans les foyers via sa régie, la RESE, mais aussi la collecte des eaux usées, leur traitement et leur rejet. Certes, la décision appartient aux membres du Syndicat des eaux d’augmenter ou pas le prix du mètre cube. Mais depuis quelques années, il est stable, calé. Ce qui va augmenter ce n’est pas le prix de la matière première, l’eau, mais les taxes qui vont autour : TVA ou agence de l’eau. Là où cela va augmenter ce sont tous les autres utilisateurs qui vont progressivement voir, d’année en année, leur facture de la matière première prendre une courbe ascendante pour se stabiliser à la moitié ou les deux-tiers du prix de vente de «l’eau des ménages.» Rien de bien nouveau, car la  chose est actée depuis quelques années. Quand même quelques chiffres : la régie vend à 138 524 clients aujourd’hui les presque 13 Mm3 et en treize ans, ces mêmes clients ont su réduire leur consommation annuelle de 10 m3 par an. Idem du côté de l’assainissement : 65 652 clients, pour 5,4 Mm3 et des mètres cubes qui diminuent dans le temps de presque 100 m3 au milieu des années 90 à 81.5 m3 aujourd’hui.

Lire pourquoi la facture d'eau va augmenter dans notre édition du 15 novembre

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Agriculteur Charentais se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Le chiffre de la semaine
1300
C'est le nombre de chênes de qualité charpente, c'est-à-dire âgé de 200 ans avec une circonférence de 2 à 2,5 m environ, qui pourraient être nécessaires pour la reconstruction de la charpente de Notre-Dame de Paris. La FNB et d'autres organisations du bois ont annoncé être prêtes à apporter leur aide pour garantir un approvisionnement français des travaux.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 22 unes régionales aujourd'hui