L'Agriculteur Charentais 30 mai 2014 à 09h38 | Par Pascal Berteau

Viande bovine - «Un prix à la hauteur de nos coûts de production !»

La FNSEA 17 et JA 17 passent à l’action au magasin Leclerc de Lagord.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Discussion entre éleveur et consommateur avec distribution de tracts.
Discussion entre éleveur et consommateur avec distribution de tracts. - © AC

Vendredi 23 mai, une trentaine d’éleveurs de la FNSEA 17 et JA 17 emmenée par Bernard Dubois, Président de la section viande bovine Charente Maritime, François Avrard, Président FNSEA 17 et Jean Philippe Chollet, Président des JA 17 se sont rassemblée au magasin Leclerc de Lagord. Cette action syndicale répondait à la demande de la Fédération nationale bovine : elle dénonçait des cours trop faibles pour rémunérer les producteurs et une traçabilité souvent déficiente.Les responsables de l’enseigne rochelaise ont, dans un premier temps, été réticents à ce que les éleveurs entrent dans le magasin. Mais après explications, les agriculteurs ont pu se diriger vers le rayon boucherie où ils ont vérifié l’origine des viandes et comparé les prix de vente.Sur le premier critère, l’enseigne joue le jeu de la proximité avec des approvisionnements régionaux privilégiant les races limousines et blondes d’aquitaine.Les discussions sur les prix ont conclu à une incompréhension des deux parties. La direction du Leclerc a indiqué avoir eu une hausse des prix à l’automne dernier alors que sur cette période les éleveurs ont vu la grille de cotations baisser sensiblement.

Lire la suite dans notre édition du 30 mai

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Agriculteur Charentais se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Le chiffre de la semaine
1300
C'est le nombre de chênes de qualité charpente, c'est-à-dire âgé de 200 ans avec une circonférence de 2 à 2,5 m environ, qui pourraient être nécessaires pour la reconstruction de la charpente de Notre-Dame de Paris. La FNB et d'autres organisations du bois ont annoncé être prêtes à apporter leur aide pour garantir un approvisionnement français des travaux.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 22 unes régionales aujourd'hui