L'Agriculteur Charentais 17 mai 2018 à 09h00 | Par Delphine Bisson

Aborder l’agriculture dans toutes ses dimensions

Les chambres d’agriculture organisent, depuis 10 ans, Tech & Bio. Il se tiendra les 30 et 31 mai à La Roche-sur-Yon.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Les organisateurs de ce rendez-vous Grand Ouest Tech & bio dans une des parcelles du lycée Nature de La Roche-sur-Yon qui accueillera cet événement les 30 et 31 mai prochains.
Les organisateurs de ce rendez-vous Grand Ouest Tech & bio dans une des parcelles du lycée Nature de La Roche-sur-Yon qui accueillera cet événement les 30 et 31 mai prochains. - © DB

L’agriculture biologique connaît une progression régulière depuis de nombreuses années. Les chambres d’agriculture l’ont bien identifié, initiant il y a près de dix ans, dans la Drôme, le rendez-vous Tech & bio. L’objectif est simple : réunir en un lieu les acteurs de la filière bio afin de mettre en place des conférences, démonstrations et autres ateliers à destination de tous les agriculteurs. «Ce rendez-vous n’est pas destiné qu’aux agriculteurs installés ou en voie d’installation ou de conversion en agriculture biologique. Toutes les techniques qui y sont présentées sont autant de méthodes qui peuvent aussi répondre aux problématiques des agriculteurs dits conventionnels », expose Joël Limouzin, président de la direction Entreprise de la chambre d’agriculture Pays de la Loire. « Nous sommes concernés par les mêmes enjeux : réduire les antibiotiques pour nos animaux, adapter l’utilisation de nos intrants, comprendre la spécificité de mes sols... », complète Christian Francheteau, élu référent du pôle Bio de la chambre d’agriculture 85. C’est donc dans cette logique d’apport de solutions à la portée de tous que le rendez-vous Tech & bio 2018* se tiendra, les 30 et 31 mai, en Vendée, à La Roche-sur-Yon. «Avec le lycée Nature, nous bénéficions d’une ferme grandeur réelle, 100 % bio», note Vincent Houben, responsable du pôle Bio de la chambre d’agriculture Pays de la Loire.

Une ferme 100 % bio


En effet, en 1995, la ferme pédagogique de l’établissement public a entamé une conversion à l’agriculture biologique. Depuis 2010, les productions animales (ovins, volailles et porcs) et végétales (cultures et maraîchages) sont en bio. «Notre établissement propose un enseignement tous profils mais avec la ferme pédagogique, nous allons plus loin en abordant l’agriculture dans toutes ses dimensions», commente Daniel Greiner, proviseur du lycée Nature. Au-delà de l’aspect production, les organisateurs ont choisi, cette année, d’axer ce rendez-vous des Pays de la Loire sur la diversification des cultures et de l’élevage, la commercialisation et produits du terroir. À travers des ateliers dynamiques, conférences et tables rondes, des démonstrations et partages d’expériences, quatre thèmes seront particulièrement développés : le pont entre l’impact des plantes à tanins et la santé animale, notamment chez les petits ruminants ; comment répondre à la demande croissante de produits bio français, en production de céréales de qualité boulangère, biscuitière ou brassicole tout en alliant agronomie et productivité est au centre des préoccupations, pour se passer des produits phytosanitaires et des engrais chimiques ; comment relever le défi du 100 % AB dans l’alimentation en élevage de volailles, de moutons ou de porcs ; et enfin, le bien-être animal et les signes extérieurs de «bonne santé» qui font partie prenante de la bio.

* Tech & bio se tient tous les deux ans dans la Drôme.

 

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Agriculteur Charentais se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Le chiffre de la semaine
1300
C'est le nombre de chênes de qualité charpente, c'est-à-dire âgé de 200 ans avec une circonférence de 2 à 2,5 m environ, qui pourraient être nécessaires pour la reconstruction de la charpente de Notre-Dame de Paris. La FNB et d'autres organisations du bois ont annoncé être prêtes à apporter leur aide pour garantir un approvisionnement français des travaux.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 22 unes régionales aujourd'hui