L'Agriculteur Charentais 24 octobre 2013 à 08h00 | Par Bernard Aumailley

Conseil général - Ne pas suivre sa voie et dérailler

Joute sur la priorisation des actions et des investissements, bras de fer avec le Gouvernement.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Le chantier de la LGV
Le chantier de la LGV - © LGV SEA

Le clivage droite-gauche est prégnant maintenant dans l'hémicycle départemental. Pas une question qui ne fasse l'objet de sa vérité et de sa contre-vérité. Que Dominique Busssereau utilise le reliquat de la subvention promise (15 M€ sur 25.3) sur la LGV pour voir avancer la A831, le prolongement de la ligne LGV ou la compensation sur les dépenses engagées dans le social par l'Etat. -lui aussi sait faire ses comptes d'opposants-, il en est toujours un pour défendre les options gouvernementales chez les socialistes ou les radicaux. Les périodes électorales sont peu propices au consensus de toute façon. N'empêche que le président du Conseil général veut garder la subvention qu'il a en son temps glanée dans toutes les collectivités pour financer «le plus grand projet au monde après les Chinois» : pour faire pression. Sera-t-il suivi ce vendredi, lors du vote ? Discipline de clans aidant, il aura son «coin» pour réclamer. Il utilise les arguments de ses adversaires d'hier. La cohérence n'étant pas une vertu politique prisée, il y avait là matière à une continuité. Jusqu’à un Jean-Yves Martin (St Jean d'Angély), apostrophant les parlementaires, pour l'avènement d'une... sixième République, face à la complexité des arcanes des finances publiques de la cinquième ou un Mickaël Vallet (PS) appelant de ses voeux une «part de mendessisme» pour «mettre de l'énergie dans des dossiers concrets.»

Lire la suite de la session dans notre édition du 25 octobre

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Agriculteur Charentais se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Le chiffre de la semaine
1300
C'est le nombre de chênes de qualité charpente, c'est-à-dire âgé de 200 ans avec une circonférence de 2 à 2,5 m environ, qui pourraient être nécessaires pour la reconstruction de la charpente de Notre-Dame de Paris. La FNB et d'autres organisations du bois ont annoncé être prêtes à apporter leur aide pour garantir un approvisionnement français des travaux.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 22 unes régionales aujourd'hui