L'Agriculteur Charentais 16 mai 2013 à 11h51 | Par Bernard Aumailley

Com - Le big bazar du pineau

Faut-il changer radicalement le look, l’approche, le marketing du pineau ? Peut-être à en croire une récente étude.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Olivier Ferran
Olivier Ferran - © A-C

Le refrain avait fait florès sur les radios. Déjà dans les mémoires et le voilà peut-être «has been.» Une étude «conséquente» menée par le cabinet de marketing attitré du Comité du pineau, avec TNS Sofres, jette un pavé dans la mare. A sa lecture, on pourrait quasi croire que la communication réalisée depuis des années est à côté de la plaque. Pour la défense, cette étude n’avait jamais été entreprise et donc n’avait pas sondé cœur et reins des buveurs de pineau. Côté notoriété, le breuvage charentais s’en sort plutôt bien : apprécié par les interrogés (700) et il s’en sort avec une note de 6,2/10, alors que le Porto a 5,9, le Banuyls 6, Martini 5,8, les liqueurs, les whiskies, les scotches et les anisés 5,4. Parmi les consommateurs de pineau, il obtient 7,3 devant des apéritifs «plus consensuels.» Selon l’étude analyse Olivier Ferran, il aurait un «beau potentiel» de développement : «sur deux critères : le recrutement de nouveaux consommateurs. Un tiers des interrogés sont prêts à le goûter ; au sein des déjà-consommateurs, ils apprécient vraiment et récidivent.»
Lire la suite dans notre édition du 17 mai

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Agriculteur Charentais se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Le chiffre de la semaine
1300
C'est le nombre de chênes de qualité charpente, c'est-à-dire âgé de 200 ans avec une circonférence de 2 à 2,5 m environ, qui pourraient être nécessaires pour la reconstruction de la charpente de Notre-Dame de Paris. La FNB et d'autres organisations du bois ont annoncé être prêtes à apporter leur aide pour garantir un approvisionnement français des travaux.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 22 unes régionales aujourd'hui