L'Agriculteur Charentais 20 mars 2014 à 08h00 | Par Agra

Bongrain - Une marque internationale

Le groupe familial souhaite développer une marque mondiale transversale, sur plusieurs catégories de produits.

Abonnez-vous Réagir Imprimer

Après l'acquisition en 2013 de Terra Lacta, Bongrain veut accroître sa présence à l‘international, avec sa marque Milkana.  Selon Jean-Paul Torris, le vice-président et directeur général délégué du groupe Bongrain SA, le groupe familial avec des marques aussi connues que Caprice des Dieux, St-Moret, Tartare ou Chavroux, veut développer une marque mondiale transversale, sur plusieurs catégories de produits. Il s’agit d’accroître la part du chiffre d’affaires hors Europe de l’Ouest, (38,5 % en 2013). «Avoir une marque internationale va nous permettre d’avoir une meilleure visibilité dans des pays où ne sommes pas historiquement présents, et de bénéficier d’un effet de masse» estime Jean-Paul Torris. Rachetée à Unilever en 2000, Milkana est en bonne posture pour Bongrain : «elle présente plusieurs avantages, comme d’avoir un nom facilement prononçable à l’international, que tout le monde comprend, avec la racine Milk.» Présente dans une centaine de pays aujourd’hui, grâce à des importateurs-distributeurs, elle est historiquement leader en Allemagne et possède une «présence importante en Russie.» Elle devrait par ailleurs aider le groupe à développer ses ventes en Asie.

Lire la suite dans notre édition du 21 mars

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Agriculteur Charentais se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Le chiffre de la semaine
1300
C'est le nombre de chênes de qualité charpente, c'est-à-dire âgé de 200 ans avec une circonférence de 2 à 2,5 m environ, qui pourraient être nécessaires pour la reconstruction de la charpente de Notre-Dame de Paris. La FNB et d'autres organisations du bois ont annoncé être prêtes à apporter leur aide pour garantir un approvisionnement français des travaux.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 22 unes régionales aujourd'hui