L'Agriculteur Charentais 12 décembre 2013 à 08h00 | Par l'Agriculteur Charentais

Enquête - Y-a-t-il un pilote dans l’avion laitier ?

Faire plus de lait… D’accord, mais comment ? L’incitation produit des questionnements chez les organismes de conseil et les techniciens autant que chez les éleveurs.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © AC

Les laiteries manquent de lait sur la durée. Elles demandent donc à leurs adhérents de produire davantage. Facile à dire, moins facile à faire. Cette «réactivité» qu’en d’autres temps on a louée pour d’autres régions laitières plus à l’Ouest est-elle possible dans notre bassin ? Selon Atlantic Conseil Elevage qui tient actuellement ses assemblées de secteur, sur les 1131 élevages bovins adhérents la moyenne par troupeau avoisine les 68 et le litrage moyen est de 8 285 kg. Dans les faits, pour le nord du département de la Charente-Maritime, il faut compter 8089 kg et un cheptel moyen de 74 vaches, pour le centre du département, 7 725 kg et 73 vaches et pour le Sud, 7 182 kg et 73 vaches aussi. Sur l’ensemble des élevages suivis par Atlantic Conseil élevage, la moitié a recours à l’insémination et la moyenne des TB est de 40,5 g/kg et le TP de 32,4 g/kg. Dans une étude que vient de publier l’institut de l’élevage en collaboration avec le réseau d’élevage et les Chambres d’agriculture, sur les résultats des élevages laitiers en Poitou-Charentes trois systèmes sont passés au crible de l’analyse.

Lire le dossier complet dans notre édition du 13 décembre : Comment augmenter la production de lait vu par la Chambre d'agriculture et Atlantic Conseil Elevage

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Agriculteur Charentais se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Le chiffre de la semaine
1300
C'est le nombre de chênes de qualité charpente, c'est-à-dire âgé de 200 ans avec une circonférence de 2 à 2,5 m environ, qui pourraient être nécessaires pour la reconstruction de la charpente de Notre-Dame de Paris. La FNB et d'autres organisations du bois ont annoncé être prêtes à apporter leur aide pour garantir un approvisionnement français des travaux.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 22 unes régionales aujourd'hui