L'Agriculteur Charentais 05 mars 2015 à 08h00 | Par bernard Aumailley

TGV : Très Grande Volonté

Mécontents des propositions de la SNCF, les élus locaux font pression pour que les trains s’arrêtent.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Dominique Bussereau, ex ministre des Transports, Jean Auroux, ex-ministre des Transports, Jean-François Fountaine.
Dominique Bussereau, ex ministre des Transports, Jean Auroux, ex-ministre des Transports, Jean-François Fountaine. - © AC

bien commencé. Objet : la desserte du territoire entre Niort et l’Océan. Comme on souhaite, question d’économie oblige, placer La Rochelle en dessous de la barre des 2h 30 de la capitale, la SNCF, prétextant la mise en service de la LGV en 2017. Lorsque l’on parle territoire, on cerne l’agglomération rochelaise, le sud Vendée, les îles et jusqu’à Royan. «Notre économie n’est pas que touristique» s’empressent de dire conjointement les députés, le président de la CdA et celui du Conseil général. Pour faire passer le message, il avait invité, l’ancien ministre des Transports, Jean Auroux à écouter à La Rochelle leurs doléances. Lorsqu’il s’agissait de racoler les collectivités locales pour financer la ligne LGV, on insistait sur le gain de temps entre La Rochelle et Paris, une vingtaine de minutes. Et même un «raccourci» était construit pour shunter Poitiers et gagner les minutes précieuses. Sauf que la récente proposition de la SNCF est que pour gagner du temps, il vaut mieux supprimer des arrêts. Niort, Surgères, St Maixant ne l’entendent pas ainsi. De plus, à la fin de l’année, elle annonçait qu’aucun TGV direct n’était prévu en 2017. «Cette situation est inacceptable» crient en chœur les élus. Droite, gauche confondus. Sur la LGV, c’est Lisea qui gère et qui a reçu : 1,4 milliards d’€ dont 8,6 M€ de La Rochelle. Cela allait de pair avec «une desserte TGV renforcée» comme écrit dans la DUP. On gagne du temps (16’) entre Paris et Poitiers en utilisant la nouvelle ligne LGV. Mais sans arrêt à Poitiers. Sinon, c’est simplement 7’.

Lire la suite dans notre édition du 6 mars

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Agriculteur Charentais se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Le chiffre de la semaine
1300
C'est le nombre de chênes de qualité charpente, c'est-à-dire âgé de 200 ans avec une circonférence de 2 à 2,5 m environ, qui pourraient être nécessaires pour la reconstruction de la charpente de Notre-Dame de Paris. La FNB et d'autres organisations du bois ont annoncé être prêtes à apporter leur aide pour garantir un approvisionnement français des travaux.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 22 unes régionales aujourd'hui