L'Agriculteur Charentais 01 mai 2014 à 11h17 | Par Bernard Aumailley

Animaux nuisibles - Morts pour la bonne cause

Ragondins, rats musqués, corbeaux, chenilles, taupes et frelons, ces indésirables qui coûtent chers.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Pierre Borde, président de la FDGDON.
Pierre Borde, président de la FDGDON. - © AC

La longue litanie des animaux nuisibles pourrait sembler identique d'années en années si ce n'était de distinguer dans les chiffres des tendances à la hausse ou à la baisse des populations pourchassées. La lutte contre eux prend chaque instant et le relâchement serait préjudiciable. Face à l'exponentiel développement des ragondins, annoncer que plus de 39 800 ont été capturés ou tirés montre, si besoin était, que la structuration de la fédération départementale des groupements contre les animaux nuisibles la FDGDON fait son office, appuyé sur des associations d'insertion, sur des intercommunalités, sur les ACCA, sur des piégeurs volontaires. Mais «surtout grâce au soutien financier du Conseil général, 170 K€» s'empresse de dire son président Pierre Borde. Alors dans les grands marais infestés (Brouage, Saint Agnant, Rochefort), les chiffres des piégeages ou de tirs au fusil sont impressionnants. Ailleurs, les populations semblent régresser. «Leur lutte est rendue obligatoire par arrêté préfectoral» souligne-t-on à la FDGDON. Durant la période de destruction, la FDGDON a éliminé 11 631 ragondins et rats musqués.

Lire la suite dans notre édition du 2 mai

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Agriculteur Charentais se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Le chiffre de la semaine
1300
C'est le nombre de chênes de qualité charpente, c'est-à-dire âgé de 200 ans avec une circonférence de 2 à 2,5 m environ, qui pourraient être nécessaires pour la reconstruction de la charpente de Notre-Dame de Paris. La FNB et d'autres organisations du bois ont annoncé être prêtes à apporter leur aide pour garantir un approvisionnement français des travaux.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 22 unes régionales aujourd'hui