L'Agriculteur Charentais 17 juillet 2014 à 08h00 | Par Christelle Picaud

Porc : Une nursery pour soigner l’économie de l’élevage

Cet éleveur à Aigonnay(79) vient de créer une «bulle sanitaire», rempart contre les contaminations et économise l’énergie.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
En contrat avec la Cavac, Xavier Rivault a construit une nursery de 400 places.
En contrat avec la Cavac, Xavier Rivault a construit une nursery de 400 places. - © Chriselle Picaud

«Dans une nursery standard, les quatre à cinq semaines d’élevage nécessitent 15 à 18 kwh de chauffage par animal. Avec cet outil, le besoin est nul», explique Xavier Rivault éleveur de porcs et de poursuivre, «selon les études conduites par EDF, sur 20 ans, l’absence de consommation permettrait de payer trois fois l’outil». Le jeune éleveur installé à Aigonnay, sait que le pôle nursery de son élevage sera l’un des plus convoités par ses confrères en cette journée de porte ouverte. Avant que les tout nouveaux bâtiments de cette exploitation du sud Deux-Sèvres n’accueillent dans quelques jours leurs premiers animaux, le jeune exploitant et sa coopérative la Cavac font visiter les lieux. Eleveurs de porcs bien entendu mais pas seulement. «Faire visiter de telles installations à nos voisins permet de soigner l’image de notre profession. Chacun en circulant dans les installations peut se rendre compte du soin qui est porté aux animaux». Pour conforter la production développée ici depuis 1976, Xavier aux commandes de l’exploitation familiale depuis 2007 réinvestit. 750 KE viennent d’être injectés dans l’outil. L’EARL du Bocage se dote de 1300 m2 de bâtiments supplémentaires. Une verraterie, une salle de gestation, une salle de quarantaine, une nursery et 600 places supplémentaires d’engraissement vont permettre d’augmenter la production de l’élevage. Avec 150 truies non plus 120, l’éleveur commercialisera dans les années à venir 3000 à 3500 porcs charcutiers par an, non plus 2500. «La performance des nouvelles installations doit me permettre de gagner en productivité», se projette Xavier.

Lire la suite dans l'édition du 18 juillet 2014

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Agriculteur Charentais se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Le chiffre de la semaine
1300
C'est le nombre de chênes de qualité charpente, c'est-à-dire âgé de 200 ans avec une circonférence de 2 à 2,5 m environ, qui pourraient être nécessaires pour la reconstruction de la charpente de Notre-Dame de Paris. La FNB et d'autres organisations du bois ont annoncé être prêtes à apporter leur aide pour garantir un approvisionnement français des travaux.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 22 unes régionales aujourd'hui