L'Agriculteur Charentais 24 avril 2014 à 10h17 | Par FL

bio - Objectif : 1 600 producteurs et 80 000 ha en 2017

Le programme «Ambition bio 2017» porte bien son nom. Imaginer comment le concrétiser régionalement.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Guillaume Riou pour Agrobio Poitou-Charentes et Luc Servant pour la Chambre régionale d’agriculture ont renouvelé leur convention.
Guillaume Riou pour Agrobio Poitou-Charentes et Luc Servant pour la Chambre régionale d’agriculture ont renouvelé leur convention. - © Vie charentaise

Si la nomination de Ségolène Royal au ministère de l’Environnement et le maintien de Stépahne Le Foll à l’Agriculture a été accueillie au plan national par quelques grincements de dents, ce n’est pas le cas en région pour le réseau Agrobio Poitou-Charentes, dont le président Guillaume Riou s’est publiquement félicité, le 9 avril à La Couronne, «de ces bonnes nouvelles». Les producteurs bio de la région auront en effet besoin d’un soutien financier et politique conséquent, s’ils veulent réaliser leur programme «Ambition bio 2017». L’objectif : ni plus, ni moins que le doublement, d’ici trois ans, des surfaces et du nombre de producteurs bio. Rappelons que fin 2013, la région comptait quelque 840 agriculteurs biologiques exploitant 40 000 ha. Le débat d’orientation sur lequel a porté l’assemblée générale d’Agrobio Poitou-Charentes a essayé de mesurer ce qu’un doublement de surfaces (80 000 hectares) et des producteurs (1 600) pouvait induire comme conséquences pratiques et économiques.

Impact sur les filières
Pour espérer 260 conversions par an, l’association Agrobio Poitou-Charentes est bien cons­ciente qu’il faut revoir un certain nombre de règles en termes d’accès au foncier, de repérage de conventionnels tentés par la bio, d’accompagnement des transformateurs…, tout en redimensionnant le Pôle Conversion.

Lire la suite dans notre édition du 25 avril

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Agriculteur Charentais se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Le chiffre de la semaine
1300
C'est le nombre de chênes de qualité charpente, c'est-à-dire âgé de 200 ans avec une circonférence de 2 à 2,5 m environ, qui pourraient être nécessaires pour la reconstruction de la charpente de Notre-Dame de Paris. La FNB et d'autres organisations du bois ont annoncé être prêtes à apporter leur aide pour garantir un approvisionnement français des travaux.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 22 unes régionales aujourd'hui