L'Agriculteur Charentais 12 octobre 2018 à 09h00 | Par l'Agriculteur Charentais

Transformer localement des produits locaux

En 2020, un pôle de transformation des produits locaux verra le jour, à Saujon. Un projet initié par la Cara.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Avec cet atelier, Yann Viaud, éleveur à Saujon, voit une maîtrise de la qualité de la découpe et de la transformation.
Avec cet atelier, Yann Viaud, éleveur à Saujon, voit une maîtrise de la qualité de la découpe et de la transformation. - © © Credit CARA Franck Prével

«C’est très compliqué de transformer mes produits fermiers. Je parcours 400 kms pour rejoindre quatre ateliers dont deux pour la découpe en bœuf et porc, un pour la conserverie et l’autre pour la charcuterie cuite. Le bilan CO2 est loin d’être bon et je passe beaucoup de temps sur la route» lance laconiquement Yann Viaud, éleveur à Saujon. À travers son exemple, tout est dit : il manque des pôles de transformation dans le département. C’est pour répondre à cette absence de structure que la Cara, communauté d’agglomération Royan Atlantique, a pris l’initiative d’un projet de création d’un pôle de transformation. «En 2016, une réflexion a été menée sur les moyens d’aider les éleveurs et les maraîchers. Nous ne voulons pas voir disparaître un savoir-faire, des produits de qualité, des agriculteurs» souligne Jean-Pierre Tallieu, président de la Cara, qui avait, pendant un temps, émis l’idée d’investir dans un abattoir mobile. Idée aujourd’hui abandonnée.

Découvrez le projet de la Cara dans notre édition papier du 12 octobre 2018.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Agriculteur Charentais se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Le chiffre de la semaine
1300
C'est le nombre de chênes de qualité charpente, c'est-à-dire âgé de 200 ans avec une circonférence de 2 à 2,5 m environ, qui pourraient être nécessaires pour la reconstruction de la charpente de Notre-Dame de Paris. La FNB et d'autres organisations du bois ont annoncé être prêtes à apporter leur aide pour garantir un approvisionnement français des travaux.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 22 unes régionales aujourd'hui