L'Agriculteur Charentais 17 mars 2016 à 08h00 | Par MN

Surveillance : Cinq millions d'euros contre le dépérissement de la vigne

La filière du vin compte mobiliser un budget de 5 M€ contre le dépérissement de la vigne, ce phénomène qui ampute le rendement de 4,6 hectolitres de vin par hectare.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
5 ME pour trouver des solutions face au dépérissement de la vigne.
5 ME pour trouver des solutions face au dépérissement de la vigne. - © © JC Gütner

En mettant un million et demi d'euros pour endiguer ce phénomène insidieux et en progression inexorable qu'est le dépérissement de la vigne, les professionnels espèrent entraîner pouvoirs publics et autorités communautaires. Ils comptent sur les pouvoirs publics français pour y participer à hauteur d'un million et demi également et sur l'UE pour deux millions d'euros. Soit cinq millions d'euros en tout.La contribution d'un million et demi par les professionnels, via le Cniv (comité des interprofession viticoles), se met en place. Les vingt-trois interprofessions viticoles régionales sont prêtes à y contribuer, il reste cependant à convaincre les organismes de défense et de gestion (syndicats de producteurs sous signes de qualité) qui sont en dehors des interprofessions, a précisé Jean-Marie Barillère. Ce dernier préside le comité de surveillance de lutte contre le dépérissement de la vigne, qui existe depuis janvier.

Lire la suite dans notre édition papier du 11 mars

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Agriculteur Charentais se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Le chiffre de la semaine
1300
C'est le nombre de chênes de qualité charpente, c'est-à-dire âgé de 200 ans avec une circonférence de 2 à 2,5 m environ, qui pourraient être nécessaires pour la reconstruction de la charpente de Notre-Dame de Paris. La FNB et d'autres organisations du bois ont annoncé être prêtes à apporter leur aide pour garantir un approvisionnement français des travaux.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 22 unes régionales aujourd'hui