L'Agriculteur Charentais 04 avril 2019 à 12h00 | Par Bernard Aumailley

Persistance sur le moratoire contre les éoliennes

Hormis un plan pour stopper les constructions exponentielles d’éoliennes, la session de printemps du Conseil départemental a géré les affaires courantes.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Hormis un plan pour stopper les constructions exponentielles d’éoliennes, la session de printemps du Conseil départemental a géré les affaires courantes.
Hormis un plan pour stopper les constructions exponentielles d’éoliennes, la session de printemps du Conseil départemental a géré les affaires courantes. - © AC

L’Observatoire de l’éolien a planché tout l’automne et l’hiver. En conclusion, vu la recrudescence des projets d’installation dans les départements, non concertés, plutôt « marchands », il préconisait à cette session de printemps du Conseil départemental d’imposer un moratoire (8 abstentions). Histoire de prendre du champ, même si, comme le soulignait l’État, les implantations ne sont pas ressort du Département. « À la suite des premiers constats du comité de suivi, lit-on dans le rapport, notamment l’aspect mercantile privilégié et l’insuffisance de prise en compte de l’avis des citoyens et des commissions compétentes, le Département demande à l’État de surseoir à tout projet éolien pour une période de 2 ans. » Reste à connaître l’incidence d’une telle prise de position. Cela a permis quelques passes d’armes sur… les pesticides. Éolien, pesticides, même combat ?
Par ailleurs, le Département a décidé de s’engager dans la qualité bactériologique des eaux de l’estuaire de la Gironde. À la demande des Communes du Pays Royannais, un programme spécifique d’analyse va être engagé. Des financements seront aussi sollicités, notamment celui de l’Agence de l’eau Adour-Garonne. Par ailleurs, le port Sud de Fouras devrait être dragé.
Lors de cette session, le Département a aussi décidé d’accompagner les sportifs qui seront engagés dans les Jeux Olympiques de 2020 à Tokyo : Manon Audinet, Mathilde de Kerangat, Jonathan Lobert, Kévin Peponnet, Clément Péquin et Charline Picon. Enfin, 133 sportifs de haut niveau sont aussi aidés par le Département.
Vendredi dernier, on a aussi parlé de l’équipement touristique des petites communes, pour Fenioux, La Chapelle-des-Pots, L’Éguille et Rouffiac, mis sur la table 0,8 M€ au titre de la « revitalisation » dans les communes d’Agudelle, Arvert, Biron, Cabariot, Clam, Échebrune, Écoyeux, Fenioux, Fontaine-d’Ozillac, Fouras, La Chapelle-des-Pots, La Couarde-sur-Mer, La Laigne, Landes, Le Château d’Oléron, L’Éguille, Le Fouilloux, Le Seure, Marsais, Puyravault, Rivedoux-Plage, Sablonceaux, Saint-Genis-de-Saintonge, Saint-Georges-d’Oléron, Saint-Pierre-la-Noue, Saint-Simon-de-Pelouaille, Saint-Sylpice-de-Royan, Salles-sur-Mer, Semussac, Vaux-sur-Mer, Vénérand, Vergeroux, Virollet. Enfin, à Virolet, dans la rue du Tram (en fait la route départementale N°134), le Département réalise des travaux d’aménagements afin d’améliorer la sécurité des usagers. On a aussi appris une nouvelle clé de répartition pour le plan Digues dans l’avenant du PAPI du Nord Aunis. Le coût des travaux estimés, à 8,4M €, sera réparti entre l’État (40 %), la Région (20 %), le Département (20 %), les collectivités (20 %). Des travaux de consolidation du canal de la Banche à Marans ont été entrepris en urgence « pour préserver la structure sur 1 290 mètres ». Le Département a décidé de débloquer une autorisation de programme de 0,5M € et de confier à l’UNIMA la réalisation du confortement de l’ouvrage. Et enfin, le dossier « du moment », les câbles du pont de l’île de Ré : suite à la rupture d’un câble de précontrainte du viaduc et face aux nécessités impérieuses de diagnostic et de réparation dans les plus brefs délais et dans des conditions de sécurité garanties, le Département a choisi de retenir l’entreprise Freyssinet parmi 3 propositions. Le montant de la facture s’élève à 2,8 M€.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Agriculteur Charentais se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Voir tous

Le chiffre de la semaine
14,7 Mt
FranceAgriMer a reconduit ses prévisions d’utilisation de blé sur le marché intérieur français à 14,7 Mt dont plus de 4 Mt pour la meunerie, 4,6 Mt pour les fabricants d’aliments du bétail, 1,2 Mt pour l’amidonnerie et 1,6 Mt pour la fabrication d’alcool, notamment de bioéthanol. Les prévisions de ventes de blé vers l’Union européenne se confirment à 7,4 Mt tandis que les prévisions d’exportation vers les pays tiers sont ajustées à la hausse, à 9,75 Mt.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 22 unes régionales aujourd'hui