L'Agriculteur Charentais 18 janvier 2018 à 08h00 | Par Sylvie Beausse

Ovins : Un coût de production moyen à 11,4 €/kg de carcasse

Les résultats technico-économiques 2016 du réseau d’élevage ovin viande de l’Ouest montrent une meilleur marge brute pour les systèmes à l’herbe.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © AC

Les résultats technico-économiques du réseau d’élevage ovin viande de l’Ouest montrent une meilleure marge brute pour les systèmes à l’herbe. Ce système qui a pourtant le coût de production le plus élevé à 12,2 euros/kg en moyenne a aussi un produit plus important grâce aux aides.
Tous systèmes confondus, le coût de production en élevage ovin viande de l’Ouest varie de 6,6 à 19,1 €/kg de carcasse en 2016, avec une moyenne de 11,4 €/kg, des chiffres très proches de ceux de 2015. L’étude du réseau d’élevage ovins donne des repères de coûts de production pour chaque système de production rencontrés dans l’ouest et explique les écartss. Ainsi le coût de production moyen 2016 du groupe Bergerie de 10,9 €/kg de carcasse, est identique à celui de l’année précédente. Le coût de production hors travail (8,6 €/kg) reste proche des deux autres groupes Mixte et Herbe. Mais par poste (aliments achetés) les différences sont nettement plus marquées avec le groupe Herbe.

En bergerie 12,4 tonnes par UMO


Pour le groupe bergerie, le produit moyen, à 10,9 €/kg, est inférieur de 0,2 €/kg par rapport à l’année précédente. Il est également inférieur à celui des groupes Mixte et Herbe, de respectivement de 0,7 et 2,7 €/kg qui s’explique par le différentiel des aides au kg de carcasse (3,5 €/kg contre respectivement 4,2 et 6,3 €/kg). La rémunération au kg de carcasse est donc logiquement la plus faible des 3 groupes (2,4 €/kg de carcasse). La rémunération moyenne s’élève à 1,6 SMIC par UMO pour une productivité du travail de 12,4 tonnes. Malgré cette bonne productivité, la rémunération est inférieure de 0,2 SMIC/UMO par rapport au groupe Mixte et de 0,7 SMIC/UMO par rapport au groupe Herbe. Le quart supérieur affiche néanmoins un niveau de rémunération correct (2,4 SMIC/UMO) pour une productivité de 13,5 tonnes.

En mixte des pratiques, des coûts et des produits intermédiaires


A 11,4 €/kg de carcasse, le coût de production moyen du groupe Mixte est plus élevé que celui du groupe Bergerie, mais en dessous de celui du groupe Herbe. Avec des lactations à l’herbe mais tout l’engraissement en bergerie, les achats d’aliments représentent un poste important, avec 1,9 €/kg de carcasse. Du fait de l’effet des aides, le produit/kg de carcasse est légèrement supérieur à celui du groupe bergerie, à 11,6 €/kg. La productivité du travail de ce groupe dépasse 10 tonnes/UMO et même plus de 12 tonnes pour le quart supérieur : la productivité des brebis et le poids des agneaux compensent une moindre taille de cheptel, rapportée à la main-d’oeuvre. A 2,8 €/kg, la rémunération moyenne par kg produit est plus élevée que celle du groupe Bergerie, mais nettement inférieure à celle du groupe Herbe. De même, la rémunération moyenne par UMO se situe à un niveau intermédiaire, à 1,8 SMIC.

Une bonne rémunération à l’herbe


En 2016, le groupe Herbe obtient une rémunération moyenne de plus de 2 SMIC/UMO, avec néanmoins une grande variabilité, de 0,9 à 3,6 SMIC/UMO. Majoritairement localisés en zone à faible potentiel, la productivité de ces systèmes reste la plus faible des 3 groupes avec 9,5 tonnes/UMO contre 10,4 pour le groupe Mixte et 12,4 pour le groupe Bergerie. Cette plus faible productivité de la main-d’oeuvre s’explique notamment par la moindre productivité des brebis, par 9% d’agneaux vendus en maigre, et des agneaux finis un peu plus légers (18,0 kg de carcasse). Le groupe Herbe reste le plus économe sur le plan alimentaire, avec seulement 1 €/kg d’achats d’aliments et 0,5 €/kg d’approvisionnement des surfaces (semences, engrais…). A 2,2 €/kg, le poste mécanisation est en revanche du même niveau que celui des autres groupes, voire légèrement supérieur. Les conditions climatiques incitent de plus en plus d’éleveurs à vendre «en maigre» (vente en vif vers 25 à 28 kg), notamment parmi ceux ne pratiquant que des agnelages de saison soit la moitié du groupe. Ceci génère un prix moyen à peine supérieur à 6 €/kg. Bien que le coût de production soit le plus élevé des trois groupes, à 12,2 €/kg en moyenne, il est contre balancé par le niveau du produit, avec des aides dont le montant total rapporté au kg produit est proche du prix du kg d’agneau : 6,3 €/kg de carcasse, contre 4,2 €/kg pour le groupe Mixte et 3,5 pour le groupe Bergerie.

 

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Agriculteur Charentais se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Le chiffre de la semaine
1300
C'est le nombre de chênes de qualité charpente, c'est-à-dire âgé de 200 ans avec une circonférence de 2 à 2,5 m environ, qui pourraient être nécessaires pour la reconstruction de la charpente de Notre-Dame de Paris. La FNB et d'autres organisations du bois ont annoncé être prêtes à apporter leur aide pour garantir un approvisionnement français des travaux.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 22 unes régionales aujourd'hui