L'Agriculteur Charentais 18 octobre 2018 à 16h00 | Par l'Agriculteur Charentais

Les poulets qui voulaient voir le monde

Que font les poulets de chair lorsque la porte est ouverte sur les champs ? L’Inra les a équipés de puces traceuses et dévoile leurs allers et venues.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © EASM

Depuis la célèbre poule pondeuse Vedette de la fin des années 60, le site de l’Inra du Magneraud a toujours eu des volailles. Mais actuellement, dans l’unité de Karine Germain, celui de l’EASM*, c’est davantage sur leurs comportements à l’extérieur que l’on se penche. La thématique existe depuis 2009 et l’obligation de «parcours» attenants aux bâtiments avicoles pour les poulets de chair bio, qui a changé la donne et obligé à «avoir un système plus durable». Passer d’une obligation réglementaire à une occasion de créer une meilleure image des élevages avec une efficience économique et de la biodiversité : voilà tout l’enjeu de l’opération.
Mais une fois la porte ouverte sur les champs, les poulets sortent-ils, vont-ils se balader, se regroupent-ils, rentrent-ils ? Certains sortent, mais restent 5 à 10 m autour des trappes. Pourquoi ? Autant de questions auxquelles les ingénieurs et techniciens de l’Inra répondent - ou tentent de le faire - avec une batterie d’expérimentations : scan simpling, mesures de comportements à différents âges, du lever au coucher du soleil.

 

Découvrez les premières conclusions de l'Inra dans notre édition papier du 19/10/2018.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Agriculteur Charentais se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Le chiffre de la semaine
1300
C'est le nombre de chênes de qualité charpente, c'est-à-dire âgé de 200 ans avec une circonférence de 2 à 2,5 m environ, qui pourraient être nécessaires pour la reconstruction de la charpente de Notre-Dame de Paris. La FNB et d'autres organisations du bois ont annoncé être prêtes à apporter leur aide pour garantir un approvisionnement français des travaux.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui