L'Agriculteur Charentais 27 février 2014 à 08h00 | Par Elisabeth Hersand

Lait - Filière caprine : la hausse des prix devient urgente

Les négociations avec les GMS se terminent aujourd’hui. Jeudi dernier l’ensemble de la filière caprine réfléchissait.Objectif : instaurer un dialogue constructif.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Une quarantaine de représentants de la filière caprine (producteurs, transformateurs, syndicats , chambres d’agriculture et autres OPA) ont participé à la réunion.
Une quarantaine de représentants de la filière caprine (producteurs, transformateurs, syndicats , chambres d’agriculture et autres OPA) ont participé à la réunion. - © VR

45 millions de litres de lait en moins, 266 arrêts de production. Le bilan des 3 dernières années de la filière caprine Picto-charentaise, dressé par Philippe De Guénin, est particulièrement inquiétant. «En 2013, on compte seulement 9 installations caprines en région» lance de DRAAF. «Au final, sur trois ans,  la région a perdu près de 20 % d’exploitations caprines». Une déprise qu’il attribue à plusieurs éléments simultanés : la baisse de collecte, des prix bas, mais aussi des charges à la hausse. «On était habitué à des cycles de 5 ans dans la filière caprine, avec des baisses de collecte, mais qui étaient suivies de prix qui remontaient, et donc les volumes suivaient également. Là, ce n’est pas le cas» Après une réunion, en janvier 2013, le médiateur qui avait été nommé avait demandé une augmentation du prix d’achat du lait aux éleveurs caprins de 60€/1000 litres. Une hausse qui a effectivement été appliquée, mais uniquement à partir du second semestre. Au final, en 2013, le prix moyen a progressé de 50 €/1 000 litres. «Avec la hausse de l’IPAMPA, le revenu moyen des éleveurs a continué de baisser. Sur 3 ans, il a baissé de 75 € pour 1 000 litres. Le sentiment, qu’on a, c’est que nous jouons un jeu où tout le monde est perdant» ajoute Philippe De Guénin, qui pense qui si la tendance à la baisse du prix est enrayée, la crise n’est, elle, pas derrière nous.

Lire la suite dans notre édition du 28 février

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Agriculteur Charentais se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Le chiffre de la semaine
91 %
C'est la proportion des anciens élèves des MFR qui en sont satisfaits, selon une étude Opinion Way. Un taux largement supérieur à celui de l'enseignement général ou technique classique, qui n'est que de 39 %.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 22 unes régionales aujourd'hui