L'Agriculteur Charentais 17 janvier 2019 à 17h00 | Par l'Agriculteur Charentais

La surface n’est pas un obstacle

> Si la conversion bio est sans doute plus simple à mettre en place pour les petites structures, les exploitations plus vastes peuvent elles aussi se lancer dans cette aventure. C’est ce qu’a fait le Gaec Paulownia, 350 ha, à Saint-Félix.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Face aux agriculteurs intéressés, Alain Rossard (accompagné par Marc Pottier, à gauche) a présenté la conversion bio des 350 ha du Gaec Paulownia.
Face aux agriculteurs intéressés, Alain Rossard (accompagné par Marc Pottier, à gauche) a présenté la conversion bio des 350 ha du Gaec Paulownia. - © AC

Le passage au bio, ils y pensaient depuis un certain temps. « À la fin des années 1990, nous avons eu un stagiaire qui a fait un rapport sur le passage en bio du Gaec », explique Alain Rossard aux agriculteurs venus l’écouter, à l’occasion du Mois de la bio, dans le hangar de Saint-Félix qui sert de siège à l’exploitation. Mais le bio n’était encore qu’émergent, et les trois associés - Christian Forget, Fabrice Terrien et lui - venaient à peine de créer le Gaec Paulownia. Le projet est donc resté lettre morte, ou presque. « Ça nous trottait dans la tête depuis... »
D’autres alternatives ont été envisagées par les trois exploitants, notamment l’introduction du semis direct, décidée en 2010. Mais le bio s’est finalement imposé lors du départ en retraite de Christian Forget. « C’est l’arrivée de son fils Patrick qui a déclenché le passage , indique Alain Rossard. On s’est mis au bio au 1er mai 2016. »

 

Retrouvez cet article en intégralité dans notre édition papier du 18 janvier 2019.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Agriculteur Charentais se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Le chiffre de la semaine
91 %
C'est la proportion des anciens élèves des MFR qui en sont satisfaits, selon une étude Opinion Way. Un taux largement supérieur à celui de l'enseignement général ou technique classique, qui n'est que de 39 %.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui