L'Agriculteur Charentais 18 avril 2019 à 09h00 | Par Nathalie Duchiron

Installation : De plus en plus de porteurs de projets passent par le PAI

2018 a été un bon cru pour le Point Accueil Installation (PAI17). Le nombre de porteurs de projets augmente.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Évolution de porteurs de projets rencontrés au PAI.
Évolution de porteurs de projets rencontrés au PAI. - © PAI

L’assemblée générale du PAI 17, le 19 mars, à Saintes a permis de mettre en avant le dynamisme de la structure. L’année écoulée a été dense au niveau de l’activité : 343 porteurs de projets ont été reçus. Tous désirent s’installer en agriculture, être informer sur les étapes à suivre et les aides possibles (accompagnement, formation, dotation Jeune Agriculteur, prêt d’honneur, aide du Conseil Départemental 17…). Les productions principales envisagées pour s’installer restent le maraichage, la viticulture et les grandes cultures. 36 % des porteurs de projets reçus ont déjà en poche un diplôme agricole de niveau 4 (TA, Bprea, Bac Pro Agricole…). 115 porteurs de projets ont sollicité un accompagnement et sont entrés dans un parcours à l’installation. Côté chiffres, le nombre des accueils n’a cessé de croître. Depuis 2015, c’est plus de 300 porteurs de projets qui ont été accueillis au PAI en entretien individuel et gratuit. « Tous porteurs de projet d’installation en agriculture, qu’ils soient demandeurs ou non des aides de l’Etat et quelques soient leurs projets, âge, diplômes ou situation, sont accueillis et conseillés au Point Accueil Installation », a précisé Arnaud Dubois, le président du PAI.
2018 est aussi synonyme d’harmonisation régionale. Depuis le 1er janvier 2018, la Chambre d’agriculture 17 est labellisée Point Accueil Installation Transmission (PAIT) pour 3 ans. Une convention est signée, pour déléguer l’animation de la partie Installation, avec l’association départementale Point Accueil Installation 17. Le PAI continue donc d’effectuer ses fonctions d’accueil, d’orientation et de suivi des porteurs de projets. « 26 conventions tripartites sont signées avec nos partenaires : banques, centres de gestion, Safer, organisme de formation, syndicats, assurance, structures agricoles », a souligné le président.

« Ces Territoires qui accueillent »

Cette année, le PAI a souhaité mettre en évidence, lors de son AG, des collectivités public ou privé qui accueille des porteurs de projets pour s’installer en créant ou reprenant une exploitation. Pour cela, la SCA Sagiterres et le Cren ont répondu présent. Les intervenants ont expliqué le rôle de leur structure sur le territoire. Christelle Couty de la coopérative Uniré a présenté la SCA Sagiterress de l’Île de Ré. Structure de gestion de foncier de la coopérative rétaise, elle est réactivée en juin 2018. Cette société a pour objectif de créer une réserve par l’acquisition et/ou la reprise de bail de foncier à vocation agricole permettant l’installation d’exploitant pour cultiver des vignes ou pommes de terre en AOP. Cette réserve foncière peut être une reprise d’exploitation ou la remise en cultures de friches. Depuis le début de l’année, elle a acquis 32 ha.
Olivier Allenou du CREN a exposé le rôle du Conservatoire Régional d’Espaces Naturels (CREN). Association loi 1901, ses missions sont la préservation des milieux naturels ouverts et semi-ouverts, la gestion des parcelles de marais du conservatoire du littoral et la mise à disposition des terrains aux éleveurs.

 

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Agriculteur Charentais se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Voir tous

Le chiffre de la semaine
14,7 Mt
FranceAgriMer a reconduit ses prévisions d’utilisation de blé sur le marché intérieur français à 14,7 Mt dont plus de 4 Mt pour la meunerie, 4,6 Mt pour les fabricants d’aliments du bétail, 1,2 Mt pour l’amidonnerie et 1,6 Mt pour la fabrication d’alcool, notamment de bioéthanol. Les prévisions de ventes de blé vers l’Union européenne se confirment à 7,4 Mt tandis que les prévisions d’exportation vers les pays tiers sont ajustées à la hausse, à 9,75 Mt.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 22 unes régionales aujourd'hui