L'Agriculteur Charentais 25 janvier 2018 à 01h00 | Par Laetitia Caillaud (CA17)

Fermes ECOPHYTO du 17 : Baisse de l’IFT hors herbicides de 45 %

2017, millésime chaud, précoce, sec avec un défi relevé.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © CA17

Décembre et Janvier sont particulièrement secs. Février et Mars, plus chauds que la moyenne, engendrent un débourrement précoce. Avril est sec avec des températures moyennes au-dessus des normales, entrainant une pousse rapide. Le 27 avril, les températures affichent -3°C et des dégâts de gel d’une rare intensité occasionnent des pertes de récolte considérables. Après le gel, la végétation reprend lentement et est très variable en fonction des parcelles, avec peu de départs de contre bourgeons et peu de grappes de 2ème génération. Les hétérogénéités de pousses sur les parcelles gelées compliquent tous les travaux de relevages, de traitements…
Pour les parcelles non gelées :

Débourrement


Le débourrement est atteint en moyenne le 10 avril, soit une semaine d’avance sur la moyenne décennale.

Floraison


En juin, des températures supérieures aux normales accélèrent la pousse de la vigne et la floraison se déroule rapidement sous de bonnes conditions. La date moyenne de pleine floraison se situe le 7 juin, soit 9 j d’avance sur la moyenne décennale.
A l’opposé de la sécheresse hivernale, les pluies de mai et juin sont excédentaires et les cumuls de la fin juin, parfois proches des 100 mm, contribuent à l’élaboration d’un poids moyen de grappes élevé. L’été 2017 est conforme aux normales.
Localement, quelques épisodes de grêle sont relevés : le 19 mai, le 31 mai, le 9 juillet et le 18 juillet.
Des dégâts d’échaudage plus ou moins marqués sont notés après les pics de chaleurs du 17 juillet puis du 14 août.

Véraison


La date moyenne de début véraison est le 10 août, soit une avance de 4 jours par rapport à la moyenne décennale.
Les vendanges démarrent le 18 septembre, toujours avec de l’avance par rapport à une année moyenne.

Etat sanitaire


Excoriose : Avec le printemps sec, la maladie est peu présente.
Black rot : En raison d’un risque fort annoncé par la modélisation dès le 25 avril, la protection est préconisée dans les parcelles touchées en 2015. A la récolte, absence de symptômes, même dans les témoins non traités.
Mildiou : Les œufs d’hiver arrivent à maturité le 22 avril. Le risque de début de saison est faible. Le 16 mai, en fonction de la pluviométrie annoncée et du risque qui augmente, le 1er traitement est préconisé. Avec une météo souvent annonciatrice de pluies et un modèle qui annonce un risque fort, les traitements sont renouvelés à cadence normale. L’absence de maladie dans les témoins et les parcelles traitées conduit à relativiser ce risque et à optimiser les doses des produits utilisés. Les contaminations ne sont notables qu’à la fin du mois de juillet, sur les jeunes pousses d’entre cœurs. Les grappes sont saines.
Oïdium : A partir du 23 mai, les boutons floraux commencent à se séparer et la protection peut démarrer. Début juillet, en l’absence de maladie, un dernier traitement est préconisé afin d’assurer la protection jusqu’à la complète fermeture de la grappe.  A la récolte, l’oïdium reste discret, les grappes sont saines. Localement, sur parcelles sensibles, on relève des tâches sur jeunes feuilles, sans conséquence.
Botrytis : La pourriture grise se manifeste assez tôt. Le fort grossissement des baies engendrent une forte compacité des grappes. Les baies éclatent et la pourriture s’installe. Très localement, ce sont les perforations de tordeuses qui contribuent au développement du botrytis. De la pourriture acide est parfois notée.

 

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Agriculteur Charentais se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Le chiffre de la semaine
2,4 %
Selon Agreste, en 2019, les surfaces de céréales d'hiver augmenteraient de 2,4 % et atteindraient 7 millions d'hectares.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui