L'Agriculteur Charentais 27 mars 2014 à 10h58 | Par J.P. Palleau/ Véronique Quartier

conseils - Sclérotinia du colza, une protection à anticiper

A l'approche de la floraison, la protection fongicide des colza est primordiale car aucun produit n’a d’action curative.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Stade G1
Stade G1 - © cetiom

Une protection à réaliser à la formation des 10 premières siliques (stade G1). Les pétales peuvent être contaminés par des spores de sclérotinia, émises préalablement par les sclérotes du sol, de façon plus ou moins importantes selon les conditions climatiques (humidité, température…). L’intervention au stade G1 vise à protéger les colzas afin d’éviter la transmission de la maladie des pétales vers les feuilles. Le stade G1 correspond à la chute des premiers pétales et à la formation des 10 premières siliques (<2cm). Il apparaît, en fonction des températures, de 6 à 12 jours après le stade F1 (50 des plantes avec une fleur ouverte). Les essais Cetiom ont montré qu’un traitement plus précoce ou plus tardif avait une efficacité fortement amoindrie. Il convient aussi de consulter le bulletin de santé du végétal (BSV) du Poitou-Charentes pour caler les interventions si nécessaire.

Une protection uniquement préventive
Lorsque les conditions climatiques sont favorables aux contaminations puis au développement de la maladie, la nuisibilité peut être importante et atteindre plus de 10 q/ha. Par ailleurs, cette contamination conduit à une augmentation importante d’inoculum par la formation de sclérotes, éléments de conservation de la maladie. A ce jour, les fongicides autorisés contre la maladie n’ont pas d’action curative. L’application ne peut donc être que préventive au stade G1 du colza. Si le sclérotinia constitue le risque maladie principal du colza, les maladies de fin de cycle peuvent aussi être nuisibles (oïdium, mycosphaerella, pseudocercosporella et alternaria). En cas de situation de risque de maladies de fin de cycle, une intervention à base de triazoles visant le sclérotinia aura un arrière effet sur ces maladies de fin de cycle. Dans tous les cas, il faut veiller à respecter le délai avant récolte qui peut aller jusqu'à 63 jours. 

La lutte biologique existe
La lutte biologique peut être envisagée avec le Contans® WG. Ce produit agit en détruisant en amont les sclérotes dans le sol mais ce contrôle est souvent insuffisant notamment lors de la première utilisation. Le Cetiom poursuit ses travaux visant à mieux appréhender le risque pour, le cas échéant, limiter l’usage des fongicides (modélisation, biocides…).

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Agriculteur Charentais se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Le chiffre de la semaine
91 %
C'est la proportion des anciens élèves des MFR qui en sont satisfaits, selon une étude Opinion Way. Un taux largement supérieur à celui de l'enseignement général ou technique classique, qui n'est que de 39 %.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui