L'Agriculteur Charentais 15 novembre 2018 à 09h00 | Par l'Agriculteur Charentais

Chambre et département, un tandem qui pédale de concert

L’intervention publique du Conseil départemental est-elle efficiente ? Une journée a permis d’exposer et d’évaluer tous les leviers mis en place.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © AC

Comment gérer l’accompagnement agricole ? D’emblée, Jean-Marie Séronie a mis les pieds dans le plat : elles ne sont plus efficientes. Tout, à son avis, semble à inventer. Lors de sa présentation lors de la Conférence agricole départementale, il a exhorté à «ne pas soutenir des mécanismes obsolètes, des systèmes issus du passé». C’est là tout le cœur de la «problématique» de la journée, alors que dans chaque camp, Chambre d’agriculture d’un côté, Conseil départemental de l’autre, on retraçait les aides, les coups de pouce, on avançait moultes chiffres prouvant l’utilité de telles démarches «partenariales»... Des données parfois contrecarrées par d’autres chiffres, sur la démographie agricole, sur les réductions importantes de production. Mais dans l’ensemble, les participants étaient satisfaits de cette décennie en tandem, sans chercher à comptabiliser qui a pédalé le plus. Autant Luc Servant, président de la Chambre d’agriculture, que Françoise de Roffignac, vice-présidente du Conseil départemental, ont insisté sur l’importance des conférences, qui ont débroussaillé des terrains parfois inconnus, souvent sur la base de constats, ou imaginé des pistes d’expansion.

 

Retrouvez notre grand angle consacré à la Conférence agricole départementale en page 3 de notre édition papier du 16 novembre 2018.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Agriculteur Charentais se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Le chiffre de la semaine
1300
C'est le nombre de chênes de qualité charpente, c'est-à-dire âgé de 200 ans avec une circonférence de 2 à 2,5 m environ, qui pourraient être nécessaires pour la reconstruction de la charpente de Notre-Dame de Paris. La FNB et d'autres organisations du bois ont annoncé être prêtes à apporter leur aide pour garantir un approvisionnement français des travaux.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui