L'Agriculteur Charentais 22 janvier 2015 à 08h00 | Par Guillaume de Werbier

Caprins : Prix du lait : le compte n’y est toujours pas

Une rencontre avec la préfète de région, les éleveurs caprins, des responsables de la transformation et la GMS a eu lieu.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Les éleveurs ont alerté la préfète de région, les transformateurs et la grande distribution sur les difficultés que traverse actuellement la filière caprine.
Les éleveurs ont alerté la préfète de région, les transformateurs et la grande distribution sur les difficultés que traverse actuellement la filière caprine. - © VR

Les éleveurs demandent une revalorisation du prix du lait de chèvre au litre, de 4 centimes d’euros. «C’est vital!», martèle Guillaume Poinot, nouveau président du Syndicat caprin de la Vienne. «C’est ce qui nous manque pour couvrir nos coûts de production.» Quant à dégager un revenu décent... Pour le moment, la priorité n’est même pas là. «Tout le monde reconnaît la légitimité de cette demande, mais rien n’avance. En 2012, nous avions demandé + 120 € / t, on avait finalement obtenu + 70 € / t. Mais il nous manque toujours ces 4 centimes . On les attend toujours!»Depuis 6 mois, observe Guillaume Poinot, les industriels ont fait passer des hausses de prix sur des produits transformés de marques ou de MDD, «des augmentations équivalant à 115 € / t.» «Nous, on n’a rien vu de tout ça. La grande distribution nous dit de nous débrouiller avec nos laiteries.»Résultat, aujourd’hui, les syndicats d’éleveurs caprins de la région sont unanimes pour dire que la filière connaît une perte de compétitivité. Guillaume Poinot décrit une situation plutôt sombre à l’échelle des élevages.
Lire la suite dans notre édition du 23 janvier

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Agriculteur Charentais se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Le chiffre de la semaine
1300
C'est le nombre de chênes de qualité charpente, c'est-à-dire âgé de 200 ans avec une circonférence de 2 à 2,5 m environ, qui pourraient être nécessaires pour la reconstruction de la charpente de Notre-Dame de Paris. La FNB et d'autres organisations du bois ont annoncé être prêtes à apporter leur aide pour garantir un approvisionnement français des travaux.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui