L'Agriculteur Charentais 22 février 2013 à 19h02 | Par Laurence GUILEMIN

BIO - Continuer à progresser

Le Gab 17 est toujours aussi actif pour promouvoir son agriculture et veut encore plus se faire connaître.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Ala fin de l'AG, Dominique Mallet a annoncé qu'il quittait la présidence du GAB17
Ala fin de l'AG, Dominique Mallet a annoncé qu'il quittait la présidence du GAB17 - © A-C
Les actions, nombreuses, sont toujours aussi dynamiques au sein du groupement d’agriculture biologique du département, même, si, au cours de l’assemblée générale, lundi 11 février, à St Eugène, Dominique Mallet, son président, a annoncé «l’arrêt momentané» de la rentrée bio pour 2013 tout en assurant «l’amplification du partenariat de Prairial à Aytré et un travail de mise à jour et de refonte du guide bio». Il a noté une augmentation du nombre de prises de contact pour des renseignements et a parlé du mois de la conversion «il s’agit d’un outil intéressant pour sensibiliser les agriculteurs.» La viticulture sera à l’honneur lors de la prochaine programmation en octobre 2013. Son souhait est de voir se développer les nouveaux modes d’animations : les cafés-débat, l’approche territoriale, le travail avec les partenaires agricoles, comme avec la Chambre d’agriculture notamment, «dont la liaison est forte et indispensable», l’accompagnement des projets collectifs ou individuels. Dans un avenir très proche, la transmission de 70 exploitations en raison de départs à la retraite interpelle le Gab 17. «Il faut créer le lien entre les cédants et les paysans de demain pour maintenir les surfaces en agriculture biologique durablement. »
L’intérêt des réunions de secteur
Pour mieux se faire connaître, . tre au coeur du territoire et au plus près des agriculteurs, au Gab 17, on a souligné l’intérêt «des dynamiques locales qui sont intéressantes pour le travail en commun». «L’idée est de travailler davantage en secteur» a avancé Karine Triouillard, animatrice. Comme l’année précédente, ces réunions permettront «de rencontrer des paysans bio, des acteurs de la bio et des porteurs de projets, à l’échelle des petites régions agricole du département. Il convient de trouver une énergie pour réfléchir ensemble». Stéphane Marco, directeur de la Safer, a même proposé de collaborer à ces réunions de secteurs avec la participation de techniciens.
La viticulture
En organisant l’assemblée générale sur un territoire viticole, c’était l’occasion pour le président, de mettre en avant, pour 2013, «l’effort tout particulier accordé à la filière viticole pour augmenter la partie du bio dans le vignoble de cognac, assurer l’émergence d’une filière de vins de pays bio de qualité sur les îles». (lire aussi L’Agriculteur Charentais du 8 février). Pour Patrick Dauron, la conversion du vignoble charentais en bio sera d’autant plus d’actualité que les agences de l’eau viennent de créer un nouveau bassin de zone vulnérable. Sans ambages, il pointe la viticulture. De son côté, Dominique Marion, président de la FNAB, toujours aussi vindicatif reconnaît que «le marché du cognac va bien, mais avec des hauts et des bas. Le vignoble en Poitou-Charentes, c’est 4 % des surfaces et 71 % des produits phytosanitaires. Le commerce se porte bien mais il est mortifère. Que nos collègues viticulteurs conventionnels arrêtent de s’auto-tuer» lançait-il avec sa fougue habituelle.
EN CHIFFRES
■ En 2012, on compte 36 conversions pour 600 ha, dont 9 sont des agrandissements déjà certifiées en agriculture bio, 5 concernent des installations, dont un maintien en maraîchage, fruits ou plantes aromatiques, 21 sont des conversions de fermes conventionnelles.
■ Le Gab compte 118 adhérents, dont 100 sont en vente directe, 62 utilisent les circuits-courts, 31 sont en élevage, 21 sont viticulteurs, 35 maraîchers, 19 arboriculteurs, 10 cultivent des plantes à parfum aromatiques et médicinales, 8 sont paysansboulangers.
■ 217 producteurs bio sont dans le département pour environ 8700 ha.
■ Un partenariat se dessine avec la Cara de Royan concernant un projet de couveuse agricole pour l’installation en maraîchage bio.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Agriculteur Charentais se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Le chiffre de la semaine
1300
C'est le nombre de chênes de qualité charpente, c'est-à-dire âgé de 200 ans avec une circonférence de 2 à 2,5 m environ, qui pourraient être nécessaires pour la reconstruction de la charpente de Notre-Dame de Paris. La FNB et d'autres organisations du bois ont annoncé être prêtes à apporter leur aide pour garantir un approvisionnement français des travaux.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui